La Mental Health Act sera révisée, a annoncé le ministre de la Santé Anil Gayan lors d’un point de presse vendredi après-midi. Son ministère, dit-il, veut sensibiliser les Mauriciens au sujet des maladies mentales à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé mentale, célébrée le 10 octobre prochain. Il a aussi souligné que les malades mentaux ont aussi des droits. Le ministre de la Santé avait aussi annoncé cette semaine au Cardiac Centre qu’une nouvelle école de Nursing sera mise en place. Les cours dureront deux ans, au lieu de trois actuellement.
Quelque 120 000 patients souffrant de maladies mentales sont traités dans le service hospitalier et 664 ont été hospitalisés. Anil Gayan a précisé hier face à la presse que le gouvernement dépense Rs 350 M   pour soigner les personnes souffrant de maladies mentales, précisant que son ministère dépensera Rs 400 M l’année prochaine pour ces malades. Pas moins de 415 patients effectuent un séjour de longue durée à  l’hôpital Brown Sequard du fait d’une consommation excessive de boissons alcoolisées. L’occasion pour Anil Gayan d’indiquer que son ministère recherche le soutien de la population pour combattre l’alcoolisme et la toxicomanie.
« Le ministère seul, dit-il, ne peut pas faire de miracle. » Car 40% des admissions à l’hôpital psychiatrique sont dues aux troubles mentaux et de comportement découlant de l’alcoolisme. Anil Gayan a également indiqué qu’un programme d’activités a été préparé, dont certaines avec la participation des patients de l’hôpital Brown Sequard, le 8 octobre prochain dans le cadre de la Journée mondiale de la Santé mentale, officiellement célébrée deux jours plus tard.
Par ailleurs, la dépression aggrave les maladies physiques chroniques, selon le World Health Survey de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle accroît notamment les risques de mortalité de 30% chez les diabétiques. Selon la Fédération mondiale du diabète (FED), 40 à 65% des patients cardiaques souffrent de dépression. Chez les cancéreux, le taux de mortalité est de 25% supérieur chez les patients dépressifs.