La journée mondiale contre le cancer, célébrée le 4 février et qui a pour thème cette année « Not Beyond Us », est l’occasion pour les États de faire le point sur leurs politiques et leurs actions de prévention, de dépistage et l’accès à un traitement de qualité pour tous les patients. Le ministre de la Santé Anil Gayan a déjà donné le ton en annonçant dès le début de son mandat la création d’un centre médical moderne (projet déjà cité par l’ancien régime) pour les malades du cancer et un programme de dépistage à travers les caravanes de santé.
Le cancer est devenu au fil des années à Maurice une urgence sanitaire notamment à cause du vieillissement de la population : le cancer est en effet le plus répandu chez les Mauriciens de 40 ans et plus. Ainsi, 40,3 % des cancers sont survenus chez des Mauriciens âgés entre 40 ans et 64 ans et 42,7 % chez les plus de 65 ans.
Le National Cancer Register (NCR) indique une urbanisation du cancer, ce qui correspond à la tendance mondiale. 35,7 % des nouveaux cas de cancer sont enregistrés dans les Plaines-Wilhems et 13,5 % à Port-Louis. Le nombre de nouveaux cas a été de 1 114 chez les femmes et de 828 chez les hommes. 60 % des cancers sont diagnostiqués chez les femmes.
Selon le tableau de l’incidence du cancer dans les pays membre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mis à jour en 2014, l’on constate que les cancers de la trachée, des bronches et des poumons sont les plus répandus chez les hommes mauriciens (18,3 % des cas) suivis de celui de la prostate (14,5 %) suivi par celui du colon-rectum (10 %). Les cancers de l’estomac et de la bouche-oropharynx ont presque la même incidence et représentent respectivement 8,8 % et 8,1 % des cas. Chez les femmes le cancer du sein est le plus commun (26,3 % des cancers féminins) suivi par celui du col de l’utérus (10 %), de celui du colon-rectum (10 %), ceux de la trachée, des poumons et des bronches (7,4 %) et celui de l’ovaire (7 %).
L’OMS appelle les États à l’occasion de la journée mondiale du cancer à inciter les populations à adopter des habitudes saines pour éliminer les facteurs de risques. Selon l’OMS un pays sur deux n’est pas prêt à prendre en charge les cancers. De causes hormonales ou virales pour certains types de cancer, la maladie est en effet aussi associée au mode de vie. Le tabagisme et l’alcoolisme sont en cause dans l’apparition des cancers oraux et du poumon. 20 % des cancers sont liés au tabagisme selon le NCR. Une alimentation trop riche en graisses saturées notamment animales, le manque d’exercices physiques et l’obésité sont d’autres facteurs communs. Le surpoids touche 11,8 % des hommes mauriciens et 25,7 % des Mauriciennes. L’obésité et le traitement hormonal de substitution sont des facteurs de risque dans l’apparition d’un cancer du sein. La vaccination contre le virus Papilloma humain est un moyen de se prémunir contre les cancers du col de l’utérus. Celle contre le virus de l’hépatite B est une méthode de prévention du cancer du foie.
La prévention du cancer passe également par un contrôle strict de l’utilisation des pesticides. C’est l’Agricultural Research and Extension Unit du ministère de l’Agriculture qui est chargée des campagnes de sensibilisation des planteurs.