Ils sont sportif de haut niveau, DJ, photographe… Ils excellent dans leur domaine respectif et font bien plus que la moyenne. Preuve qu’un handicap ne peut priver un être de ses rêves et de son désir d’avancer.
Dans le cadre de la Journée mondiale du handicap, qui sera marquée le jeudi 9 octobre, Scope a été à la rencontre de quelques-unes de ses personnes qui se surpassent et qui défient les préjugés.
C’est dans le circuit sportif que Véronique Marisson, qui souffre d’un handicap moteur depuis sa naissance, s’est donné une chance de briller. Cela fait quinze ans qu’elle porte les couleurs de Maurice sur les sols régionaux et internationaux comme joueuse de tennis en fauteuil. La sportive a connu plusieurs moments de gloire. Véronique Marisson, qui est actuellement en Russie pour représenter Maurice, se souvient encore de ses débuts et du défi qu’elle s’était lancé. Elle voulait prouver que son handicap au pied ne l’empêchait pas de réaliser son rêve de pratiquer un sport de haut niveau.
C’est dans la discipline aussi complexe que le deejaying que David Parsad, malvoyant, a choisi de défier les préjugés. Après avoir partagé sa passion dans des soirées telles que 7 ans de Kaz BAD, Roulette Riddim et autres, il est attendu à la grande soirée qui accueillera le duo jamaïcain RDX, le 8 novembre.
David Parsad, qui se perfectionne dans le style dancehall depuis quatre ans, bosse dur pour se démarquer des autres DJ. Le jeune homme de 27 ans passe des heures sur son ordinateur pour dénicher les derniers tubes ou pour mettre en place ses playlists et ses samples. “Pour la restitution sonore, j’utilise le logiciel de synthèse vocale sur mon ordinateur ainsi que sur mon téléphone mobile. Cet outil m’offre la possibilité de travailler sans aucune assistance.”