Dormir du sommeil du juste… L’expression signifie bien cela : quelqu’un qui semble happé dans son sommeil. « Li ronfle, li dormi bien ! » Possible, mais ce n’est pas toujours le cas. Le sommeil chez certaines personnes n’a rien d’une sinécure et relève d’une véritable épreuve physique. En marge de la Journée mondiale du sommeil célébrée demain, la pneumologue Dr Nolwenn Davy éclaire sur le syndrome d’apnées du sommeil (SAS), trop souvent méconnu.
« Le syndrome d’apnées du sommeil (SAS) reste trop souvent méconnu. » C’est le constat de la pneumologue d’origine française, Dr Nolwenn Davy, installée depuis un an à Maurice après 10 ans passés à La Réunion. Spécialisée dans la prise en charge des syndromes d’apnées du sommeil, des insuffisances respiratoires chroniques obstructives et restrictives (notamment les myopathies), entre autres, la doctoresse se dit concernée par le manque de connaissance sur l’apnée du sommeil à Maurice. Elle poursuit : « Ce syndrome est sous-diagnostiqué par manque de spécialistes dédiés à cette cause, de moyens diagnostiques, du manque d’information sur la disponibilité de matériel de traitement. Ceci malgré une prévalence élevée des facteurs prédisposants du SAS : obésité, diabète, hypertension artérielle. »
En apnée
Le syndrome d’apnée du sommeil se définit par la survenue d’arrêts respiratoires nocturnes — ou pendant la sieste — intermittents, parfois très fréquents et de relativement longue durée chacun (en secondes) qui perturbent la qualité du sommeil. Sa prévalence est de 15 à 20 % sur la population générale et touche à la fois hommes et femmes. Il y a plusieurs facteurs de risque : le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle.
Il existe trois types d’apnées du sommeil :
• Syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS).
Il s’agit de la forme la plus fréquente d’apnée du sommeil. Il se produit lorsque les voies aériennes supérieures se ferment, mais que les réflexes respiratoires persistent.
Les causes principales de l’obstruction des voies aériennes supérieures sont le manque de tonus musculaire pendant le sommeil, la présence excessive de tissus ainsi que les déformations anatomiques des voies aériennes supérieures et de la mâchoire.
• Apnée centrale du sommeil
Elle se produit lorsque la respiration s’arrête alors que les voies aériennes sont ouvertes. Cet arrêt de la respiration est provoqué par l’inaptitude du corps à respirer automatiquement. C’est comme si un court-circuit empêchait le cerveau d’assurer le fonctionnement continu de l’appareil respiratoire
•Apnée mixte
Il s’agit d’une apnée combinant le SAOS et l’apnée centrale du sommeil.
Il y a plusieurs symptômes imputables au SAS : ronflement nocturne, pauses respiratoires constatées parfois par le/la conjoint/e, réveils en sursaut, fatigue matinale avec sensation de sommeil non réparateur, somnolence diurne invalidante, trouble de la concentration et de la mémoire, trouble de l’humeur avec parfois un syndrome dépressif, trouble de la libido…
Les conséquences sur la santé du patient ainsi que sur sa vie quotidienne sont nombreuses.
Sur la santé :
• Hypertension artérielle parfois difficile à équilibrer,
• Troubles du rythme cardiaque,
• Risque majeur d’accidents cérébraux,
• Déséquilibre du diabète
Sur la vie quotidienne :
• Risque majeur d’accidents sur la voie publique,
• Accidents du travail
• Détérioration des activités socioprofessionnelles
• Détérioration des relations sociales
• Risques de dépression
Polygraphique
Le diagnostic de l’apnée du sommeil existe mais est encore peu connu à Maurice. Il se fait par un enregistrement polygraphique ventilateur. Cet examen consiste à enregistrer les paramètres de la respiration pendant le sommeil. Il est réalisé sur une nuit à la clinique ou au domicile du patient.
L’analyse des données de l’enregistrement par un pneumologue permet de confirmer l’existence ou non du syndrome d’apnée du sommeil, son type (obstructif, central, mixte) ainsi que sa sévérité afin de définir le traitement adéquat.
En quoi consiste le traitement ? Selon la sévérité et le type d’apnée, il est proposé un traitement par un appareil respiratoire appelé Appareil Pression Positive Continue (APPC), à utiliser la nuit pendant le sommeil. Il consiste à envoyer de l’air sous pression dans les voies aériennes supérieures afin d’éviter leur collapsus pendant le sommeil et donc les apnées et les ronflements. Cet appareil est prescrit par le pneumologue, mis en place par celui-ci ou un technicien formé qui assurera le suivi. Il existe différents fournisseurs de matériel, comme RESMED représenté par Pharmacie Nouvelle Ltd à Maurice.