Intervenant samedi lors d’une manifestation pacifique dans les rues de Rose-Hill, le négociateur syndical Ivor Tan Yan a exhorté les travailleurs du pays à se mobiliser en un parti politique afin de mieux faire respecter leurs droits. Organisée dans le cadre de la Journée mondiale pour le Travail décent par la CTSP, la FPU et la FTU, cette marche pacifique, de Curepipe au Plaza (Rose-Hill), a vu notamment la participation d’un millier d’employés des casinos, du secteur de la construction, d’Air Mauritius, d’Airmate Ltd et de Resiglas Ltd.
« Inn ler travayer rassamble dan enn parti politik… ki zot konsititye enn lafors politik pou defann zot drwa. (voir encadré) », a lancé le négociateur syndical de la Federation of Progressive Union (FPU), Ivor Tan Yan, à l’issue de cette marche pacifique, qui a pris fin devant le Plaza.
Selon Ivor Tan Yan, il n’y a aucun parti politique – tant au gouvernement que dans l’opposition parlementaire ou extra-parlementaire – qui a à coeur l’intérêt des travailleurs. « Personn na pa kass latet ek travayer. Ena travayer ankor krwar ki patron pou defann so drwa… Inn ler ki travayer pran konsyans ki patron zame pou defann so drwa. Si travayer pa diboutt, pa mobilize pou defann so drwa personn pa pou fer li dan so plas. Si li res lebra krwaze, li pou res esklav tou letan », a-t-il ajouté.
Le syndicaliste s’en est également pris aux travailleurs, qui ne font rien pour défendre leurs droits. « Ena travayer na pa digne ena okenn drwa parski si zot pa kapav defann zot drwa, eski zot merit sa bann drwa-la ? », s’est-il demandé. Dans ce contexte, Ivor Tan Yan a expliqué que l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act ne sont pas en faveur des travailleurs. « Kan travayer fane, fer enn simagre komite discipliner nek met li deor brit-brit. Me kan patron fane, minis Travay dir ou : “Dir syndika vinn negocie ar patron”. Kan patron na pa respekte lalwa, minis dir travayer : “Fer bon zanfan, vinn negosie ar patron.” Lalwa finalman li zis pou patron », a-t-il précisé. « Kan eski travayer pou realize ki li enn lafors terrib kan li ansam ? » s’est-il encore demandé.
Le syndicaliste a exhorté les travailleurs à comprendre qu’ils constituent 95% de la main-d’oeuvre sans laquelle on ne peut rien faire. « Kan gagn profi, bann patron ki respresant selman 5% de la maindev, zwir profi, travayer pa gagn nanie. Me kan ena defisit, se 95% ki paye. Patron kontigne gagn so 14e mwa ek so bann privilez », a-t-il fait observer.
Le président de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), Reeaz Chuttoo, a fait voter une résolution réclamant une manifestation de solidarité de la centaine de travailleurs bangladeshis qui se sont joints à leur marche pacifique. « Nou tou nou bann travayer migran. Nou pa pou less zot gagn kraze », a-t-il insisté.
La secrétaire de la CTSP, Jane Ragoo, a expliqué l’importance de la célébration de cette Journée mondiale pour le Travail décent. « C’est l’occasion de célébrer nos acquis et de prendre conscience de cette nécessité de défendre nos droits. Li enn lokasyon pou guet enn par enn si tou ou drwa pe respekte dan ou travay (voir encadré) », a-t-elle expliqué.
Rappelons que cette marche pacifique dans les rues de Rose-Hill a été organisée samedi par la CTSP, la FTU, la FPU, entre autres syndicats et fédérations syndicales, pour réclamer une intervention « plus énergique » du gouvernement en faveur du redressement économique, de la création d’emploi, des conditions de travail décentes et du plein respect de leurs droits, et ce dans le cadre de la Journée mondiale pour le Travail décent célébrée officiellement le 7 octobre.
Les employés des casinos ont marché de Curepipe à Rose-Hill, où ils sont revenus rejoindre les employés de la construction, d’Air Mauritius, d’Airmate Ltd, de Resiglas Ltd, ainsi que les Cleaners des écoles primaires du gouvernement, entre autres.