Le LUX* en collaboration avec la Mauritian Wildlife Foundation (MWF) ont officiellement lancé “The Endemic Plants Conservation Project”, lundi lors de la Journée mondiale de l’environnement. Etaient présents Vishnee Payen, Group Sustainability & CSR Manager de LUX*, le Superintendent of Parks & Gardens de la municipalité de Curepipe, Navalingum Thondee, des employés de LUX*, de la MWF et d’Anoushka Virahsawmy de l’ONG Gender Links.
La MWF a planté des semis dans les pépinières installées sur l’Ile-aux-Aigrettes, les plantes pourront par la suite être réintroduites dans leurs milieux d’origine ou dans des forêts protégées. “Nous avions mis en place des actions fondamentales avec la mise en terre des semences en octobre dernier sur l’île aux Aigrettes par les employés de l’hôtel. De plus, un programme de sensibilisation a aussi été implémenté concernant l’importance des plantes endémiques dans notre écosystème. Aujourd’hui, nous voulons porter le projet plus loin en distribuant aux employés, aux ONG, ainsi qu’à la municipalité de Curepipe des plantes endémiques issues de la mise en terre sur l’île aux Aigrettes afin de les propager de manière efficace”, souligne Vishnee Payen.
“Il est plus qu’important de préserver notre riche biodiversité, car le secteur du tourisme en dépend. Etant l’une des industries les plus importantes du pays, le tourisme fait l’objet d’une demande croissante et possède un grand nombre d’arguments en faveur de la biodiversité comme c’est le cas dans plusieurs autres pays”, souligne pour sa part Vikash Tatayah.
Cette initiative est en ligne avec la philosophie de responsabilité sociale des entreprises et le projet « TreadLightly » de LUX* Resorts & Hôtels. Et à savoir que des 691 espèces de plantes à fleurs indigènes présentes à Maurice, seules 273 sont endémiques, 82 % sont considérées comme menacées et environ 150 comptent moins de cinquante plantes dans la nature.