Les militants de la cause animale étaient dans les rues de la capitale vendredi matin

« Stop animal abuse » était le mot d’ordre de la marche organisée vendredi matin dans les rues de la capitale par des militants de la cause animale regroupés sous le collectif Movement for Animal Defense(MAD). Le but de cette manifestation, organisée à l’occasion de la Journée mondiale des animaux, était de dénoncer la maltraitance animale, le traitement réservé aux animaux capturés par la Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW), ainsi que le fonctionnement de cet organisme public. Le regroupement a appelé à la mobilisation suite au cas des chiens décharnés et squelettiques remis aux associations il y a un peu plus d’un mois.

La marche a débuté vers 10h de Cité Martial en direction de la municipalité de Port-Louis aux cris de “Respect pou nou lisien”, “Lamour pu nu lisien”, “Arete touye nu lisien, “Stop animal abuse”. Brandissant des pancartes rappelant des messages, tels que “Animal welfare is a must”, “Say No to animal cruelty”, avec des images de ces chiens, tels qu’ils ont été vus à la sortie de la MSAW il y a un mois et demi, c’est-à-dire dans un état des plus déplorables (pour rappel, une trentaine de chiens avaient été saisis au domicile d’un sexagénaire à Beau-Bassin soupçonné de maltraiter les animaux et pris en charge par MSAW), les manifestants se sont élevés publiquement contre le mauvais traitement infligé aux animaux par cet organisme et dénoncent son fonctionnement.

«Les chiens errants sont une cause qui nous tient particulièrement à coeur. Nous en avons marre de la maltraitance animale à Maurice. Nous en avons marre de la façon dont le problème des chiens errants est géré. Nous constatons, depuis des années qu’il y a, malgré le “catch and kill policy”, toujours plein de chiens errants dans nos rues. Nous pensons que la solution, c’est la stérilisation, et la sensibilisation du public. Nous formulons le souhait que la sensibilisation et l’éducation soient introduites dans le système scolaire, que les enfants, les familles comprennent l’importance d’avoir un animal de compagnie, qu’il ne doit pas être considéré comme un “gardien lacour”, qu’il a autant de sensibilité que l’homme, que, comme nous, il ressent la peur et la souffrance », a dit Mélanie de L’Estrac, membre de la Meute de Zion et porte-parole du Movement for Animal Defense(MAD).

“State of aggravated physical weakness”

« L’élément déclencheur a été l’état de ces chiens décharnés et affamés — qui avaient été pris en charge par la MSAW — que nous, la Meute de Zion, avons recueillis. Ils y avaient passé cinq mois, période durant laquelle ils n’avaient pas été nourris et étaient à deux doigts de la mort. Nous avons des images et vidéos d’avant et après leur arrivée à la MSAW, ainsi que celles illustrant la manière dont la stérilisation a été réalisée, le rapport médical d’une clinique privée chez qui nous les avons emmenés. Nous dénonçons l’institut public qui est supposé promouvoir le bien-être des animaux et chez qui ces animaux ont vécu l’enfer », poursuit-elle. Le rapport de la clinique Animalia révèle que 12 des 15 chiens qui y ont transportés d’urgence pour y recevoir les soins étaient “severely underweight, anemic, showed signs of possible malnutrition and were in a state of aggravated physical weakness”.

Pour les manifestants, c’est le moment d’abolir la pratique du “catch and kill” et l’euthanasie et d’opter pour la stérilisation en masse. Ils pressent le gouvernement d’instaurer une meilleure réglementation pour mieux protéger les animaux et de mettre en place de nouveaux moyens afin de remplacer cette structure totalement “défaillante” et si éloignée de l’attente de la population. « Nous avons préparé un dossier que nous allons remettre au PMO, au leader de l’opposition et au ministère de l’Agro-Industrie pour demander un changement. Nous ne croyons pas que cette pratique actuelle – le ‘catch and kill’ – soit ‘sustainable”’. Cela dure depuis 50 ans et n’a pas fait ses preuves », a déclaré la porte-parole du Movement for Animal Defense qui compte environ 600 membres.

Dans la lettre adressée au PMO, le collectif demande aussi « the change of current managers at MSAW, the appointment of a new board of directors of the MSAW, the possibility for qualified NGO members to be considered for employment as managers or election as members of the board of MSAW, the government’s engagement to change the current Animal Welfare Act following discussions with qualified NGO members, the prompt and proper enforcement of any laws protecting animals against cruelty and promoting animal welfare ».

Participaient à l’événement de vendredi diverses association comme la Meute de Zion, All Life Matters (ALM) Sanctuary, Petra’s Animal Foundation, Happy Tails, Pink Pony Charity Trust, Quatre Ti la pattes.