Dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac ce samedi 31 mai 2014, un atelier de travail sera organisé par le ministère de la Santé sur le renforcement des politiques sur le contrôle du tabac. De même, une Smoking Cessation and Counselling Clinic sera lancée à l’Université de Maurice. Des campagnes de sensibilisation sur les méfaits de l’usage du tabac et les politiques de contrôle existantes pour le tabac sont aussi au programme. Une marche de la gare de Vacoas à la municipalité de Vacoas/Phoenix aura également lieu.
Le thème de la Journée mondiale sans tabac 2014, « Augmenter les taxes sur le tabac », vise à encourager les pays à mettre en oeuvre des politiques en matière de prix et de taxes sur les produits du tabac en vue de réduire la consommation, cela conformément à la Convention cadre de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la lutte antitabac.
Des recherches montrent que des taxes plus élevées sont particulièrement efficaces pour réduire la consommation parmi les groupes à plus faible revenu et empêcher les jeunes de commencer à fumer. Une augmentation de 10 % du prix du tabac suscite une baisse de la consommation de 4 % dans les pays à revenu élevé et peut aller jusqu’à 5 % dans les pays à faible revenu ou revenu intermédiaire.
A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac 2014, l’OMS et ses partenaires appellent les pays à augmenter les taxes sur le tabac. Selon l’OMS, l’augmentation des impôts indirects sur le tabac est considérée comme la mesure de lutte antitabac la plus rentable. Le Rapport sur la santé dans le monde 2010 indique qu’une augmentation de 50 % des droits d’accise sur le tabac rapporterait un peu plus de 1,4 milliard de dollars américains de fonds supplémentaires dans 22 pays à faible revenu. Si ces montants étaient alloués à la santé, les dépenses publiques de santé pourraient augmenter dans ces pays d’un pourcentage pouvant aller jusqu’à 50 %.
Maurice a ratifié la Convention cadre de l’OMS en mai 2004 et a dans cette perspective, initié nombre de mesures. Ainsi, depuis le 1er juin 2009, les Public Health (Restrictions on Tobacco Products) Regulations 2008 interdisent aux personnes de fumer dans les endroits fermés et les lieux publics, dans des institutions éducatives et sportives, discothèques, hôtels et restaurants et les espaces récréatifs. Cette loi vise à protéger la population contre la fumée du tabac et lutter contre l’épidémie du tabagisme.
De plus, les mises en garde sanitaires, les images explicites, les messages explicatifs et avertissements illustrant les maladies et les souffrances causées par le tabagisme sur les emballages de tous les paquets de cigarettes sont destinés à mieux sensibiliser les consommateurs aux effets du tabagisme sur la santé, à les inciter à cesser de fumer et les dissuader de commencer ou de recommencer à fumer.
Selon les autorités, suite aux efforts déployés, la consommation annuelle per capita de cigarettes a connu une baisse, passant de 1 046 bâtonnets en 2009 à 776 bâtonnets en 2013, soit une réduction de 30 %…