– Le Comité 17 Octobre donne rendes-vous aux travailleurs sociaux, étudiants, universitaires, chercheurs et personnes souffrant de la pauvreté ensemble pour une réflexion commune

Dans le cadre de la Journée mondiale du Refus de la misère, célébrée chaque année le 17 octobre, la plateforme regroupant plusieurs Ong engagées dans le combat contre la pauvreté et connue sous le nom de « Comité 17 octobre »souhaite une nouvelle dynamique dans le combat. Ce comité commémorera cette journée ce 13 octobre en rassemblant à l’Université de Maurice les personnes à l’œuvre dans ce combat de différentes manières pour une grande réflexion. Les conclusions de ces discussions seront présentées le même jour aux décideurs du public et du privé.

En cette année du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, l’Organisation des Nations unies a placé le respect des droits humains au cœur de cette présente Journée mondiale du Refus de la misère, et ce en choisissant le thème “S’unir avec les plus exclus pour construire un monde où les droits de l’homme et la dignité seront universellement respectés”. D’où le thème “Respecter les droits et la dignité de chaque être humain : apprendre à penser ensemble” arrêté par le Comité 17 octobre pour sa journée de célébration ce samedi.

Les organisations faisant partie du Comité 17 octobre sont l’ATD Quart Monde-Maurice, le Caritas-Ile Maurice, l’Institut Cardinal Jean Margéot, la Fondation Joseph Lagesse, le Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois, la Fondation pour l’Enfance Terre de Paix, le Service volontaire international, la Confédération des Travailleurs du secteur Privé et le Centre Idriss Goomany.

Cette journée de célébration à l’Université de Maurice se fera en deux parties. Des ateliers de travail sont prévus durant la matinée avec la participation d’une centaine de personnes incluant celles vivant dans la pauvreté. « Comment concevoir un développement harmonieux et inclusif sans prendre en compte le vécu et la pensée des personnes éloignées du développement. Ce dialogue entre les personnes engagées dans le combat contre la pauvreté et les pauvres est important pour avancer dans la lutte », expliquent les responsables du Comité 17 octobre au sujet de leur démarche d’associer les pauvres aux discussions qui auront ce samedi. Si la journée du Refus de la Misère permet, selon eux, de faire le bilan de ce qui a été fait et de ce qu’il reste à faire, c’est l’occasion, disent-ils, de s’attarder sur les efforts des individus et des familles qui témoignent d’une réelle volonté pour sortir de la misère et prendre connaissance de leurs difficultés à aller plus loin dans leurs démarches.

Il y a aussi urgence, selon le Comité 17 octobre, d’une synergie commune des citoyens pour mettre un frein au problème. « L’objectif de développement durable nous interpelle et nous sommes appelés à travailler ensemble. Cette interaction permettra de savoir si on va dans la bonne direction. Mettons-nous ensemble pour développer un partenariat sain, efficace et efficient pour éliminer une fois pour toutes la pauvreté », lancent les animateurs de ce comité aux responsables d’organisations publiques et privées.

Ce comité a invité les décideurs des secteurs public et privé à venir prendre connaissance dans l’après-midi ce samedi des résolutions émanant de ces ateliers de travail. Plusieurs personnalités de différents secteurs de la vie du pays y ont été invitées à cette deuxième partie de la célébration qui sera aussi ouverte au grand public. Ce comité lance un appel à la nation mauricienne « à se mobiliser pour rejeter la misère ».

Les organisateurs soulignent la participation de l’Université de Maurice à cet événement en soulignant la mission sociale aussi de cette institution dans la vie du pays. « Le défi à relever est certes social mais comporte aussi une dimension intellectuelle. L’Université de Maurice, qui symbolise le savoir et la connaissance, a aussi une mission sociale et un rôle important dans le développement socio-économique du pays. Cette institution est le lieu indiqué pour mener à bien ce travail de réflexion », estiment les animateurs du Comité 17 octobre.

PostedCategories