La FMKBDA (Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées) avait délégué l’entraîneur national, Judex Jeannot, à Rodrigues pour une visite de trois jours, il y a un peu plus d’une semaine. Selon l’avis du principal concerné, trois jours ne sont certainement pas suffisants pour effectuer le travail voulu. Il n’empêche que l’objectif fixé est que l’entraîneur rodriguais Jean-Claude Spéville et ses proches collaborateurs puissent effectuer un suivi beaucoup plus rigoureux, afin que les tireurs de l’île progressent comme il faut. Au cas contraire, a-t-il souligné, ces derniers auront beaucoup de mal à se faire une place au sein de la sélection nationale.
« Je n’ai pas envie qu’on se retrouve avec les mêmes problèmes qu’en 2012. Les tireurs qui m’avaient impressionné lors de mon passage dans l’île avaient ensuite passé nettement à côté de la plaque lors des inter-régions. Je n’avais pas digéré cela et je l’avais clairement fait comprendre à Jean-Claude. Je n’ai surtout pas envie  que cela se répète, car ce sera alors une perte de temps de se déplacer sur Rodrigues », a clairement expliqué Judex Jeannot. Selon ce dernier, sa démarche a été expliquée au cours d’une réunion bilan avec les membres du comité régional au cours de laquelle les entraîneurs ont été mis devant leurs responsabilités.
L’entraîneur national a ainsi expliqué les lacunes dont souffre le kick-boxing rodriguais, notamment sur la façon de boxer et la technicité, un point très important dans le développement et la progression d’un tireur. Il leur a ainsi bien fait comprendre qu’il ne faut surtout pas faire les mêmes erreurs et a aussi expliqué que leur façon de boxer doit obligatoirement changer,  car au cas contraire, cela va leur causer un énorme préjudice au niveau du pointage pendant un combat. « Si les Rodriguais continuent dans cette voie, il leur sera très difficile de marquer des points et là, je peux assurer que cela va devenir très frustrant pour eux. Le message est bien passé et j’espère tout simplement que les consignes seront appliqués », a-t-il fait remarquer.
Judex Jeannot a ajouté avoir toujours apprécié les valeurs des tireurs rodriguais qui sont, dit-il, très physiques et forts psychologiquement. Deux qualités essentielles pour côtoyer le haut niveau. Il attend maintenant que les Rodriguais mettent en pratique les consignes et qu’ils montrent un tout autre visage lors de la prochaine compétition à laquelle ils participeront. « Comme les autres comités régionaux, celui de Rodrigues est appelé à fournir l’élite en tireurs de qualité. Mais si à la base même, le travail n’est pas fait comme il se doit, alors il n’y aura pas de bon résultat. Comme je l’ai bien expliqué, nous, les entraîneurs, on doit pouvoir parler le même langage. Si chacun apporte sa contribution, c’est la discipline qui progressera », a-t-il avancé.
Des entraîneurs compétents
L’entraîneur national a ajouté attendre beaucoup des Rodriguais et non seulement de Facson Perrine. Il aimerait ainsi que le jeune Linley Perrine, qui avait été très impressionnant, l’année dernière, fasse preuve de beaucoup plus de détermination et de travail, afin de passer à un autre niveau. « Jean-Claude, aussi bien que les autres entraîneurs rodriguais, sont compétents. Ils m’ont d’ailleurs laissé un bon feeling que le travail va être fait comme il se doit. Maintenant que la partie théorie a été expliquée, à eux de prouver qu’il y a du progrès sur le ring », a fait ressortir Judex Jeannot.
Ce dernier a ajouté que la raison pour laquelle les Rodriguais n’ont pas été performants aux inter-régions de décembre dernier, à Mahébourg, est sans doute le fait que l’encadrement technique a peut-être flanché en n’ayant pas suivi les consignes. Il n’empêche que Judex Jeannot dira qu’il y a une excuse à cela. C’est que Rodrigues ne possède pas de ring et que les tireurs s’entraînent dans des conditions très difficiles. « Très souvent, le manque d’un ring cause beaucoup de tort aux tireurs et cela se voit en compétition. Mais ce qui me réjouit, c’est que Rodrigues peut compter sur un Commissaire des Sports (Ismaël Valimamode) très dévoué et qui a à coeur le développement du sport dans l’île. Il a d’ailleurs promis l’arrivée d’un ring d’ici fin mars », a-t-il conclu.