Du 1er décembre 2014 à ce jour, la police a logé 30 997 inculpations provisoires devant les différents tribunaux. C’est qu’indique une réponse parlementaire déposée officiellement à l’Assemblée nationale en début de semaine suite à une interpellation du député Rajesh Bhagwan. De ce nombre, 663 ont bénéficié d’une No Further Action de la part du Directeur des Poursuites publiques.
Le décompte année par année de ces charges provisoires confirme que la tendance a été à la hausse en 2015 avec 9 128 cas et en 2016 avec 10 312. De janvier à ce jour, le nombre de charges provisoires logées est de 5 417.
Outre le fait que dans 92 cas, les suspects sont décédés, le DPP a recommandé des Nolle Prosequi dans 663 autres. L’on constate également que 933 autres charges provisoires ont été rayées par les tribunaux. À partir de ces enquêtes, 3 657 cas ont été logés formellement et 10 701 charges provisoires sont encore en suspens à ce stade.
D’autre part, les données officielles révèlent que dans huit cas des ministres sont des complainants. Trois d’entre eux ont été rayés sur instructions du DPP et les cinq autres « struck out by Court ».
925 charges provisoires ont été retenues contre des ressortissants étrangers au cours de la même période. C’était principalement pour le délit de overstaying, soit 830 sans aucun visa. Ces 830 étrangers ont déjà fait l’objet de rapatriement et 23 cas logés formellement. Dans 16 des cas, le DPP a opté pour une No Further Action.