Le Petit Larousse définit la perception comme « l’action de saisir par le sens, par l’esprit ». Il est évident que chaque individu a son sens et son esprit spécifiques à sa personne mais qui sont malgré tout très influencés par son environnement et surtout, par son éducation, dans le sens large du terme. Donc, sa perception des choses et des évènements dépend beaucoup de ce qui s’est produit avant et ce qui se passe aujourd’hui autour de lui. La situation actuelle dans le judiciaire, surtout avec la non-nomination du Juge Eddy Balancy, ne laisse pas insensibles les Mauriciens. Voilà un N°3, qui en l’absence du N°1 et du N°2, se voit doubler par le N°4 pour un intérimat qu’il a dans le passé, toujours assumé ! Malgré les explications des uns et des autres, il y a dans le public en général, une perception d’injustice qui égratigne le judiciaire ; une affaire dont celui-ci aurait bien pu se passer. Surtout après les récentes accusations de manipulation des jugements par des secrétaires des juges. On ne peut parler de justice uniquement en théorie. La justice équitable doit être perceptible ! Justice must not only be done, but must also be seen to be done ! Dans le cas du Juge Eddy Balancy, n’en déplaise à ceux qui veulent défendre l’indéfendable, il est évident que what is seen to have been done n’est d’avis de la majorité des citoyens de notre république, pas une pratique de la justice. Le Chef Juge est tout à fait libre de faire son choix sans influence aucune de qui que ce soit. Cependant il ne pourra jamais empêcher les citoyens de notre république de voir en ce choix une pratique qui est hors normes de ce que ses prédécesseurs et lui-même ont la plupart du temps favorisé dans l’esprit même du respect de la justice et du judiciaire. Il est évident que le cas de la non-nomination du Juge Arriranga Pillay au poste de chef-juge dans le passé se situe dans le même registre. Espérons que comme dans le cas de l’ancien Chef Juge Arriranga Pillay, le Juge Eddy Balancy sera, lui aussi, rétabli dans ses droits, et le respect de notre judiciaire rétabli dans le coeur de nos citoyens.