L’initiative de l’Action Civique d’Albion (ACAP) visant à contester l’implémentation d’une Centrale à Charbon à Pointe-aux-Caves relance la polémique de plus belle. Les nouvelles preuves versées dans un document en Cour Suprême mettent en exergue les liens politiques entre les promoteurs initiaux de cette centrale à charbon, incorporée le 15 mars 2006, et l’Alliance Sociale pour les élections générales du 3 juillet 2005.
Dans un document de 40 pages déposé, mardi, en Cour Suprême et préparé par les mains expertes de Me Preetam Chutoo, avoué, et Me Roshi Badain, avocat, le gouvernement mauricien est mis en cause dans cette controverse en raison de ses liens obscurs avec les promoteurs de la Malaisie.
Pour justifier sa demande en faveur d’un gel du projet de centrale à charbon à Pointe-aux-Caves, l’ACAP s’appuie sur trois points fondamentaux: (1) le manque de confiance dans la direction de CT Power Ltd pour la réalisation de ce projet dans le respect des normes; (2) le respect du droit à la vie garanti sous les articles 3 et 4 de la Constitution, et (3) la Deprivation of Property sous les articles 3 et 8 de la Constitution avec la chute dans le prix de vente de terrains dans la région d’Albion depuis l’annonce de ce projet de centrale thermique à Pointe-aux-Caves.
Sept points majeurs sont avancés par les contestataires pour justifier leur conclusion quant à leur scepticisme, notamment en raison d’un manque d’expérience dans ce domaine spécifique. En effet, le dénommé Subramaniam (Chief Executive), cheville ouvrière du CT Group, est présenté comme un spécialiste de l’imprimerie en Malaisie au cours des 20 derrières années. « They (directors of CT Group Malaysia) have no prior experience proven track record in producing, whether coal fired or otherwise. For all intents and purposes, it is CT Power first attempt to venture in this type of project. The organisational structure is made up of an Executive Chairman with no prior experience in coal-fired plant and a project director whose expertise lies in the aviation industry », lit-on sur le document qui prendra l’affaire Pro-Forma le 22 courant.
Mais là où le bât blesse: les allégations au niveau des liens entre le déroulement de la campagne électorale de l’Alliance sociale en juillet 2005 et une des filiales du CT Group de Malaisie, la CT Bookmakers Sdn. Bhd. « The CT Group in Malaysia, through its subsidiary CT Bookmakers Sdn. Bhd, a printing company, has given plutocratic assistance to the Alliance sociale political group, which gained power in July 2005 », peut-on lire à la page 10 de la plainte.
À cet effet, les têtes pensantes de l’ACAP s’appuient sur les 3,500 posters géants imprimés par cette compagnie de Malaisie pour le compte de l’Alliance sociale en date du 21 juin 2005 avec une facture totale de 73,50 dollars. Ces posters auraient été transportés à Maurice par Air Mauritius pour le compte de Gitanjali Radio Co. Ltd., route Royale, Montagne-Blanche. Des copies du Waybill et d’autres documents au sujet des posters d’élections sont attachés au dossier de la Cour suprême. Le projet de CT Power a été porté aux fonts baptismaux avec une Letter of Intent du Board of Investment (BOI) en date du 21 avril 2006 au nom de la compagnie enregistrée à peine un mois auparavant.
Une autre zone d’ombre dans les affaires de CT Power Ltd est intervenue le 7 novembre 2008 avec le retrait de Subramaniam et de Chay Kwong Min de la compagnie et le transfert de leur participation à une société offshore enregistrée dans le Federal Territory of Labuan en Malaisie. Ce transfert d’actions au sein de la compagnie, dont la 3e actionnaire est Babita Jowaheer de l’Allée Jacques, Saint-Paul, aurait été effectué dans le feu vert du Prime Minister’s Office, soit en infraction à l’article 52 (6) (a) de la Non-Citizens Property Restriction Act de même que l’émission d’actions d’une valeur de Rs 124,6 M au nom de la société offshore.
CT Power est également en violation des lois du pays car selon l’article 18 (2) (b) de l’Environment Protection Act, « an EIA report shall contain a true and fair statement… and shall include the ownership of the undertaking. »
Le rôle du CEB est également dénoncé dans le cas de cet « Unsolicited Bid » pour le projet de centrale thermique de Pointe-aux-Vacoas. Cet organisme a, en effet, mis à la disposition des promoteurs le terrain pour la construction de la centrale et est également engagé dans un Shareholding Agreement. Un autre accord signé impose au CEB la responsabilité d’importer les cargaisons de charbon d’Afrique du Sud pour le compte de CT Power.