Le chef-juge Balancy a réuni les juges à cet effet pour un atelier de travail de deux jours

Le nouveau Chef juge Eddy Balancy,qui avait promis »d’apporter de petites réformes, de petits changements qui peuvent avoir des effets incroyables »a réuni récemment tous les juges lors d’un atelier de travail résidentiel afin que chacun partage ses connaissances dans la rédaction des jugements.

Bien que la plupart des juges sont actuellement en vacances, ils étaient nombreux à avoir participer à l’exercice tenu à l’hôtel Ravenala Attitude, à Balaclava, sous l’égide de l’Institute of Judicial and Legal Studies ( IJLS ). Eddy Balancy en a profité pour rappeler à ses pairs que son mandat sera marqué par plusieurs atelier de travail car il croit dans la formation continue pour les juges:  » Je pense que ce genre d’atelier devrait aider les juges à méditer ensemble, à travailler de concert et à partager leurs expériences afin de rédiger de meilleurs jugements. En d’autres mots, nous nous remettons en question. Nous n’allons pas rester dans nos tours d’ivoire. Nous allons redescendre sur terre en nous disant que nous ne sommes pas parfaits. Allons mettre nos têtes ensemble et voir comment faire pour écrire de meilleurs jugements », a déclaré le Chef juge.

L’Attorney General et ministre des Droits humains, Maneesh Gobin a, pour sa part, plaidé pour un renforcement du partenariat entre le judiciaire et son ministère.  » Il faut travailler en étroite collaboration, dans le dialogue si on veut qu’il y aient des réformes. Si nous sommes partis pour engager des réformes, nous devons le faire à travers un partenariat renforcé. Les réformes vont devoir se faire en terme d’infrastructures, par exemple, avec de nouveau tribunaux à construire et de nouvelles réformes au niveau législatif », a conclu l’ Attorney General.

Choqué par l’état du Remand Court

Le Chef juge a été satisfait des déclarations de l’Attorney General puisque lors d’une conférence de presse, la semaine dernière, il avait ouvertement émis des souhaits – qu’il y ait des changements infrastructurels rapides afin que la dignité du judiciaire mauricien soit reétablie. Eddy Balancy avait récemment confié combien il avait été « choqué  » par l’état exécrable dans laquelle se trouve la salle d’audience du Remand Court.  » Dans cette salle censée accueillir des Senior Counsels venus consulter leur clients en détention, il y a des chaises déchirées où l’on voit plus l’éponge que le maroquin. J’ai accompagné un grand légiste français, Me Disant, lors de visites de certaines cour du pays. Heureusement , que j’avais choisi de l’amener visiter la nouvelle Cour suprême en cours de construction. Si je l’avais entrainé jusqu’à la Remand Court j’aurais rougi de honte, s’était indigné Eddy Balancy.

Salut policier obligatoire

En attendant les changements concrets pour remédier à ce genre de situation, le Chef juge a déjà pris, à son niveau, une mesure qui à trait au respect des juges et des magistrats. Tout policier qui croise le chemin d’un magistrat ou d’un juge se doit de les saluer comme exigé dans le code de conduite des policiers. En cas de son non-respect de ces autorités judiciares, le membre de la force policière peut être sanctionné pour failing to pay compliment.