En prévision d’un Grand Prix du judo, événement international, dont la Fédération internationale de judo (FIJ) a confié l’organisation à Maurice en mars 2013, la Fédération mauricienne de judo jiu-jitsu et disciplines associées (FMJJDA) a déjà enclenché les préparatifs.
Selon le directeur technique de la FMJJDA, Joseph Mounawah, le ministère de la Jeunesse et des Sports a donné son aval pour la tenue de ce rendez-vous qui s’annonce bénéfique à différents niveaux pour le pays comme pour le judo lui-même.
« C’est un grand chantier qui nous attend. Nous avons l’expérience organisationnelle des compétitions africaines et du Commonwealth. Cette fois, il s’agit d’une autre paire de manches. C’est une compétition qui enregistre la présence de judokas de grandes nations, et parmi, des champions olympiques et du monde », souligne le directeur technique de la FMJJDA.
Le plan de l’organisation du Grand Prix commence à prendre forme. C’est une organisation, qui est dirigée à distance par la FIJ. Le pays organisateur a certes une bonne partie à faire mais tout se fait sous l’égide de la FIJ. De toute évidence, durant les compétitions c’est la FIJ qui prendra (pratiquement) le contrôle du Grand Prix.
« Nous avons affaire au top sur le plan organisationnel. Nous n’avons pas le droit à l’erreur. En obtenant une telle organisation, nous avons mis le pays en avant. Maintenant, il est de notre ressort de maintenir la barre très haut. Il ne faut pas oublier que 101 pays seront présents. Ce qui veut dire que ce Grand Prix est diffusé en temps réel avec des moyens numériques et médiatiques importants », précise-t-il.
Joseph Mounawah voit dans l’organisation du Grand Prix 2013 comme une opportunité pour les membres de l’exécutif de la FMJJDA aussi bien que les cadres de l’équipe nationale de découvrir un autre niveau de compétition. « Je pense que les dirigeants qui ont l’habitude des championnats d’Afrique ou des championnats du Commonwealth vont vivre une autre expérience dans cette discipline. Quant à nos judokas, ils auront la chance de participer à un Grand Prix. En tant que pays organisateur, nous avons droit entre deux et quatre participants par catégorie », explique notre interlocuteur.
Ce Grand Prix va permettre au staff technique de la FMJJDA d’entreprendre une préparation plus rigoureuse que d’habitude. Le directeur technique de la FMJJDA estime qu’on pourra jauger également, à travers ce Grand Prix, le niveau de nos judokas par rapport à celui du monde extérieur.
Ce Grand Prix s’annonce bénéfique sur le plan matériel pour la FMJJDA puisqu’elle obtiendra de nouveaux matériels à travers de gros sponsors. « Tant mieux pour le judo local. Cela va nous servir après surtout là où le matériel fait défaut », souligne le directeur technique de la FMJJDA. Celui-ci fait remarquer par ailleurs que sur le plan d’hébergement, ce Grand Prix va être profitable pour l’industrie hotelière.
Après la visite d’inspection du Français Roger Vachon, délégué de la FIJ, en janvier prochain, ce sera au tour du président de la FIJ, Marius Vizer, d’être à Maurice en mars de l’année prochaine pour des sessions de travail avec la FMJJDA.