L’Algérie a terminé en tête du classement général (6 or, 7 argent et 7 bronze) à l’occasion des 35es championnats d’Afrique seniors de judo, tenus du 26 au 28 juin dernier au Swami Vivekanada International Convention Centre à Pailles.
L’Algérie, grande nation du continent, était en passe sèche lors de la 34e édition de ces mêmes championnats à Maputo l’année dernière. Les Algériens n’avaient en effet remporté le moindre titre. « C’était une déception sans précédent », laissaient entendre les dirigeants algériens.
Il se trouve que la Fédération algérienne de judo a alors revu certaines de ses structures afin que le pays retrouve sa place habituelle dans la grand-messe continentale. Ce qui s’est avéré payant puisque les Algériens se sont retrouvés au sommet de l’Afrique.
Amalou AbdelKrim, nommé directeur technique national du judo algérien en décembre 2013, estime que ses protégés ont effectué un bon championnat et ont fait oublier le triste épisode de Maputo. « Je suis heureux que l’Algérie ait joué le rôle qu’il fallait dans ces championnats cette année. Nous avons beaucoup travaillé et redonné confiance à nos combattants. Je pense que nous aurions pu faire mieux si certaines décisions arbitrales étaient plus justes ».
L’Algérie a démarré fort en décrochant trois médailles d’or lors de la première journée grâce à Imene Agouar (-63 kg), Kaouthar Ouallal (-78 kg) et Lyes Bouyakoub (-100 kg). Et deux titres en féminin lors de la deuxième journée avec Ratiba Tariket (-57 kg) et Sonia Asselah (open) avant de conclure avec un sixième titre au cours de la troisième et dernière journée en tournoi par équipes en masculin.
« Nous avons eu la possibilité de remporter le tournoi par équipes également en féminin mais, dommage, la compétition a été marquée par des fautes d’arbitrage. Pourtant, lors de la compétition en individuel, nos judokates ont été percutantes », ajoute Amalou AbdelKrim.
Ce dernier explique que le prochain objectif de l’Algérie reste les championnats du monde qui auront lieu du 25 au 31 août à Tchelyabinsk en Russie. Le DTN compte beaucoup miser sur les tournois par équipes. « En individuel il sera très difficile mais pas impossible pour faire des podiums. Mais nous nous concentrerons davantage sur les compétitions par équipes. Nous avons de bonnes équipes capables de rivaliser avec les meilleures », estime le technicien algérien.