Arrivée à Londres sur la pointe des pieds sur une invitation de la Fédération International de Judo, notre compatriote Christiane Legentil va quitter le Village Olympique ce lundi avec en poche une incroyable performance. Celle de la première judokate africaine de ces Jeux. En effet, sur les 29 pays africains qui ont aligné des combattants soit 14 dames et 21 hommes dans les 14 catégories au programme de ces 30es olympiades, seule Christiane Legentil a pu se hisser à la 7e place. Selon son entraîneur, Joseph Mounawah, notre compatriote d’origine rodriguaise a été la seule Africaine à avoir combattu trois fois sur le tatamis de l’ExCel Arena de Londres.
«C’est sans aucun doute une performance plus qu’honorable pour Christina Legentil. Certes, une médaille au cou aurait été certainement meilleure à prendre, mais reste qu’après la 7e place d’Antonio Félicité à Atlanta et celle de Jean-Claude Raphaël à Sydney, notre retour dans les compétitions des JO est non négligeable», a expliqué au téléphone à Week-End l’entraîneur, Joseph Mounawah. Ce dernier est d’autant plus satisfait que Christina Legentil n’a pas eu la préparation qu’il fallait pour ces Jeux. «Elle a obtenu son invitation dans les dernières semaines avant les Jeux. Elle était en France pour une bourse de l’État et a profité pour se mettre en condition. Mais Christina Legentil est le genre de fille qui a su se montrer sérieuse durant son stage en France et elle ne fait que récolter les fruits de ses sacrifices», rappelle l’entraîneur.
D’autant plus que pour son premier combat, notre compatriote a battu l’Albanaise Mendi Kelmendi qui n’est ni plus ni moins que la championne du monde junior en 2009 et championne d’Europe senior en 2010. Celle qui domine ces derniers temps la catégorie des moins de 52 kg a été deux fois vainqueur sur le circuit de  la Coupe du Monde 2011, en Italie et en Biélorussie. Kelmandi a été aussi dominatrice du Grand Prix d’Abu Dhabi l’année dernière.
«C’est dire que Christina n’a pas fait de la figuration et je pense qu’elle peut aller encore plus loin. Mais l’argent fait défaut et nous avons constaté qu’avec la multiplication des compétitions sur la scène internationale, il n’y a pas eu une nation qui a dominé la compétition. Même le Japon a tremblé. Donc si on veut aller loin, il faut être dans ces compétitions», soutient Joseph Mounawah. Sans aucun doute, ce dernier a la main heureuse puisque après ses deux médailles d’or des Championnats d’Afrique en 1998, il fut aussi l’entraîneur qui a dominé les Réunionnais sur leur sol lors des JIOI.
Avec la prestation de Christiane Legentil, Maurice se place à la 55e place sur 135 nations participantes à ces compétitions de judo.