C’est aujourd’hui à midi que sera donné le coup d’envoi de l’Africa Open de judo au Swami Vivekananda International Conference Center à Pailles. L’occasion pour les judokas mauriciens de se jauger face à des athlètes qui font partie du Top 50 mondial. Deux jours de compétition pour espérer accrocher un podium dans une compétition qui s’annonce disputée.
Du côté mauricien, les meilleures chances reposent évidemment sur Christiane Legentil en -52 kg. La Mauricienne, forte de son parcours depuis les JO de Londres l’année dernière, a des chances de se retrouver sur le podium. Cependant, sa route vers une éventuelle médaille risque de croiser une certaine Louise Renicks, Anglaise de son état et 35e mondiale de la catégorie, ainsi que l’Irlandaise Lisa Kearny, 58e mondiale.
Les deux adversaires se tiennent en quelques rangs, avec Legentil pointant à la 44e place mondiale au 5 novembre dernier. « Je ne connais pas mes adversaires. Je me dis seulement que je dois monter sur le tatami et faire mon combat », souligne la judokate, citée par Josian Valère, le président de la FMJ, comme une des meilleures chances mauriciennes. Cependant, une ombre se profile à l’horizon. En effet, mardi, lors d’une séance d’entraînement, elle a subi une légère blessure aux ligaments du genou gauche. « Ce n’est pas bien grave. Je pense être prête pour la compétition. »
Dans un premier temps, la catégorie devait aussi accueillir une Algérienne, mais elle fait sans doute partie de cette vague de désistés de dernière minute. « On m’a laissé entendre qu’elle serait là, mais j’ai appris par la suite qu’elle ne viendrait pas. Peu importe, il y a d’autres combattantes et le tout est de prendre chaque combat l’un après l’autre », avance Christiane Legentil.
Pourtant, comme elle, les autres judokas mauriciens voudront aller chercher la médaille d’or. « Nous avons été bien préparés pour cette compétition. Personnellement, je ne pense pas que ma blessure me gênera, puisque ça signifiera que j’aurai fait tout ces efforts pour rien. »
Parallèlement, désigner un vainqueur dans une catégorie quelconque relèverait de l’art divinatoire, même si la hiérarchie devrait être respectée. La Chinoise Fei Chen (-70 kg), 16e mondiale de sa catégorie, l’Angolaise Antonia Moeira, classée 23e dans cette même catégorie, pourraient se retrouver en finale. Scénario plus ou moins similaire chez les-73 kg hommes, avec le Sud-Africain Gideon Van Zyl (25e mondial) et le Chinois Emmanuel Nartey (31e mondial) qui pourraient se disputer la palme.
Par contre, on voit mal qui pourra contrer la représentante de Guinée-Bissau Taciana Lima chez les -48 kg. Elle profitera certainement de son statut de 16e mondiale pour prendre l’or dans cette catégorie. « Mais il faudra quand même faire attention. Le judo est un sport de surprises », prévient le président de la FMJ. Il a peut-être raison. En cette fin de saison, les surprises pourraient bien être présentes.
La journée d’aujourd’hui commencera à midi, entrecoupée de la cérémonie d’ouverture à 15h30. Dimanche, rendez-vous à 13h pour les premiers combats et 16h pour les finales.