La Tunisie a devancé au classement général respectivement l’Algérie et l’Égypte en judo aux 10es Jeux d’Afrique. Les Tunisiens ont remporté cinq médailles d’or soit une de plus que ses voisins algériens. Maurice, avec trois représentants, a enregistré deux cinquièmes et une septième places.
« Nous avons assisté à une très belle compétition. Même si les pays nord-africains ont dominé en majeure partie les compétitions, l’Afrique Noire a aussi fait parler d’elle », analyse Joseph Mounawah, sollicité au dernier moment par l’Union africaine de judo pour renforcer le corps arbitral.
Parlant de la prestation de trois représentants locaux nommément Sarah Sylva (-57 kg), Annabelle Laprovidence (+78 kg) et Mcleod Paulin (-73 kg), Joseph Mounawah se dit quelque peu déçu dans la mesure où Maurice aurait pu obtenir au moins un podium.
« Certes la compétition était très poussée. Mais je pense qu’avec un peu plus d’efforts nous aurions pu obtenir un podium surtout avec Mcleod Paulin. Il s’est fait battre au match de la médaille de bronze par l’Égyptien Hussein Hafiz. Annabelle Laprovidence en revanche manquait de punch face à ses adversaires qui étaient beaucoup plus lourdes qu’elle. Laprovidence manque d’agressivité dans ses combats. Quant à Sarah Sylva elle s’est avouée vaincue devant la Camerounaise Grace Deutchon sur blessure, elle aussi durant le match pour la médaille de bronze », a souligné le directeur technicien de la Fédération mauricienne de judo, jiu-jitsu et disciplines associées.
La Tunisie a régné en féminin en remportant quatre titres grâce à Amani Khalfaoui (-48 kg), Nesria Jelassi, (-57 kg), Hana Mareghni (-78 kg) et Nihel Chikhrouhou (+ 78 kg). La Tunisie a remporté en revanche un seul titre en masculin grâce à son poids lourd Faical Jaballah. L’Égypte, moins percutante que les compétitions précédentes, n’a eu que deux titres.
« Je dois saluer le parcours de quelques pays d’Afrique Noire qui ont remporté au moins deux titres. Cela démontre qu’on peut avoir un champion de judo dans n’importe quelle catégorie. C’est une réalité des autres continents également, » a souligné Joseph Mounawah.
Sévérine Nebie, du Burkina Faso, a empêché une razzia nord-africaine en féminin. Elle a enlevé les -63 kg. Des quatre médaillées de cette catégorie, on retrouve trois de l’Afrique Noire avec Esther Augustine (Nigeria) à la deuxième place et Fary Seye (Sénégal) à la troisième place au même titre que l’Algérienne Kahina Saida.
Le Camerounais Ewane Moussima a été le seul non nord-africain à avoir décroché l’or en masculin. « Il faut souligner cependant que plusieurs pays de l’Afrique Noire ont été en finale ou ont encore décroché le bronze », a indiqué Joseph Mounawah.