Exit le comité Réquin au sein de la Fédération mauricienne de Judo (FMJ). En effet, comme indiqué dans notre édition de la semaine dernière, des développements étaient attendus lors de la réunion entre le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité olympique mauricien (COM) et les membres du caretaker committee de la FMJ, mis en place sous la section 9 (c) (i) (ii) de la Sports Act 2016, soit celle qui permet au ministère d’instituer un comité au sein d’une fédération là où le besoin se fait sentir. Lors de cette réunion, il a été décidé que le caretaker committee de Gérard Réquin sera dissous et remplacé par un autre instauré par le Comité olympique mauricien?.
Gérard Réquin, seul, a animé une réunion hier au dojo de Grande-Rivière, où les clubs dûment enregistrés étaient convoqués. Aux représentants de clubs qui s’attendaient à des explications sur l’avenir de la FMJ, ils ont été priés de revenir samedi prochain. À la place, Gérard Réquin a reçu un groupe de personnes— avec à sa tête Priscilla Chery, entraîneur national et Senior Sports Coach au ministère de la Jeunesse et des Sports— qui se présentait comme des dirigeants de clubs. Parmi, Prem Dookee (banni par les instances de la FMJ), M. et Mme. Jean-Claude Leste (blood and family association interdite par la Sports Act) et dont on ne connaît pas le club qu’ils représentent, tout comme Marie Michèle Ravina et Gerorges Rambane.
Quelque chose semblerait ne pas tourner rond dans la manière dont Gérard Réquin gère la situation au sein de cette discipline. Depuis qu’il a été nommé à la tête du caretaker committee, il donne l’impression à certains de vouloir « imposer » des personnes à la tête de cette fédération plus qu’autre chose. Selon un représentant de club présent à la réunion d’hier, la démarche du caretaker committee ne serait « pas juste ». « Nous ne comprenons pas pourquoi on nous garde dans le flou. On nous a demandé de respecter la Sports Act, nous l’avons fait. Des personnes ont été éliminées à cause de cela et aujourd’hui au lieu de nous rendre notre fédération, M. Réquin donne l’impression de vouloir la confisquer à son compte », a-t-il déploré à Week-End.
Fédération confisquée
La réunion de mardi dernier entre le MJS, les membres du caretaker committee et du COM a abouti à la dissolution du comité Réquin. Une décision qui interviendra en juillet. Le COM a proposé, avec le soutien de l’Union Africaine de Judo, la mise en place d’un autre caretaker committee. Ce comité sera cette fois composé d’un représentant des huit clubs enregistrés auprès du Registrar of Associations et de trois personnes indépendantes. Il s’agit d’un représentant du Comité olympique mauricien, du Desk Officer du judo au ministère, qui agira comme secrétaire, et d’un troisième indépendant, qui pourrait agir comme président.
Le but, dit-on dans le milieu du COM, est « d’assurer la formation de nouveaux dirigeants de la FMJ ». Ce qui laisse donc croire que ce n’est qu’après le mois de mars 2018 qu’interviendra une assemblée générale élective en vue de mettre en place un comité en bonne et due forme pour la FMJ. Mais est-ce une démarche bien légal et ce caretaker committe pourra-t-il prendre de décision pour les judoka sachant qu’il n’y a aucun provision dans le Sports Act pour autorisé une telle démarche? Pourquoi huit mois??
En attendant, une note en circulation dans le ministère de la Jeunesse et des Sports laisse comprendre que Gérard Réquin a touché des allocations de l’ordre de Rs 40 000 pour un travail inachevé. Alors que ses deux assesseurs auraient reçu Rs 17 000.