Maurice a-t-elle déjà perdu une médaille d’or avant même que les 9es Jeux des Iles ne commencent? La question est sérieusement posée au sein de la Fédération mauricienne de Judo et Disciplines Associées. En effet, il revient que les nouvelles ne sont pas bonnes, voire pas bonnes du tout pour la judokate Christiane Legentil. Selon les informations de Week-End, il se pourrait que la blessure contractée à l’entraînement au genou droit soit plus grave que prévu. Il se pourrait même que celle qui avait l’étoffe d’être le porte-drapeau du Club Maurice le jour de l’ouverture des JIOI au stade olympique de St-Paul le 1er août va devoir renoncer à participer à cette compétition.
Si cette nouvelle se confirme, il va sans dire que la foudre tombera sur la tête du président de la FMJDA. En effet, Josian Valère, lors d’un récent point de presse, avait clairement laissé entendre que sa fédération misait sur Christiane Legentil pour avoir, au moins, deux médailles d’or. Notamment en individuelle en moins de 52 kg et dans la compétition par équipe.
Au départ, cette blessure semblait anodine, mais vite la douleur prit place et s’est même installée. Sur les recommandations du Chief Executive du Trust Fund For Excellence in Sports, Christiane Legentil a passé des examens poussés avec le chirurgien-orthopédiste, le Dr Paul Teckhman. Le verdict de ce dernier est attendu avec de l’angoisse par Christiane Legentil. «J’ai effectivement fait des tests avec le Dr Teckhman et lundi (demain) j’ai rendez-vous avec lui pour savoir la marche à suivre, voire la gravité de mon cas», a expliqué à Week-End la judokate.
Mais déjà Christiane Legentil ne peut pas s’entraîner sur le tatamis comme il se doit et c’est aussi à peine qu’elle peut marcher. «C’est assez douloureux et j’espère que les nouvelles ne seront pas mauvaises pour moi. J’ai tant envie de réussir à ces Jeux», a-t-elle ajouté vendredi au téléphone. Mais tout laisse croire que les nouvelles ne seront pas ce qu’elle espérait, car sa blessure pourrait être assez grave pour nécessiter plus de 7 mois de repos. «Je reste positive, qu’importe la décision que je vais devoir prendre», dira encore la judokate qui garde néanmoins le sourire.
Il va sans dire que la FMJDA va devoir trouver un plan B et le retour de Joseph Mounawah cette semaine d’un stage à l’étranger ne sera pas de tout repos.