Le judo mauricien doit définitivement faire une croix sur l’organisation d’une étape Grand Prix de Judo de la FIJ (Fédération Internationale de Judo) pour cette année. Les conditions financières liées à l’organisation de cette compétition mondiale estimées « beaucoup trop lourdes » ont fait que la Fédération mauricienne de Judo (FMJDA) et le bailleur de fonds qu’est le ministère de la Jeunesse et des Sports ont reculé sur ce dossier. A la place, la FMJDA se contentera de l’organisation d’une compétition Open sous le label de l’Union Africaine de Judo (UAJ) et qui sera connue comme l’African Judo Open City of Port-Louis.
Le dossier de la candidature de Maurice pour entrer dans le calendrier de l’UAJ au chapitre des Opens a déjà été envoyé à la confédération africaine depuis peu. « Nous avons effectivement fait une croix sur l’organisation du Grand Prix. Il nous était effectivement impossible de respecter les conditions financières liées à l’organisation de cette compétition. Surtout qu’il nous faudra respecter ces conditions pendant six ans. Dans ces circonstances et surtout en raison de la situation économique du pays, il a  donc été décidé de ne pas aller de l’avant avec ce projet. Surtout que sur le plan mondial, il existe de plus en plus de critiques à l’égard du Grand Prix à l’effet que ces compétitions qui servent de base pour la qualification olympique ne favorisent pas l’ensemble des nations, notamment Africaine », explique le directeur de la FMJDA.
Dans ces conditions, Joseph Mounawah explique que la fédération a donc décidé de faire acte de candidature pour entrer dans le calendrier officiel de l’UAJ pour une compétition d’envergure. « La fédération a envoyé un dossier pour organiser l’African Judo Open City of Port-Louis. C’est une compétition qui regroupe les meilleurs judokas du continent avec certainement des conditions financières beaucoup plus souples par rapport au Grand Prix », avance notre interlocuteur.
Reste que la partie n’est pas encore gagnée pour Maurice puisque Joseph Mounawah doit encore engager des discussions avec l’UAJ une fois qu’il se trouvera ce jeudi au Marrakech, Maroc pour un stage technique de la FIJ. Outre l’Open de Port-Louis, le directeur de la FMJDA aura aussi pour mission de négocier pour que Maurice soit prise en considération pour l’organisation des Championnats d’Afrique junior en juillet 2014 à Maurice.
« Nos chances sont réels, mais il est impératif d’avoir un dossier solide, car l’UAJ ,comme la FIJ, réclame des conditions importantes pour assurer le niveau de ces compétitions », dira encore Joseph Mounawah. Ce dernier, qui est aussi directeur de developpement de l’UAJ, sera au Maroc pour se mettre au diapason avec les nouveux règlements sur l’arbitrage et la technique pour la nouvelle saison olympique.
Du 18 au 21 janvier, notre compatriote sera donc en formation et devra aussi se charger  des discussions et négociations.