La deuxième édition de l’Africa Judo Open Mauritius (AJOM) se déroule ce week-end au gymnase Pandit Sahadeo (Vacoas) et non au Swami Vivekananda International Convention Centre comme annoncé précédemment par le comité organisateur.
La deuxième édition de l’Africa Judo Open Mauritius (AJOM) se déroule ce week-end au gymnase Pandit Sahadeo (Vacoas) et non au Swami Vivekananda International Convention Centre comme annoncé précédemment par le comité organisateur.
Lors d’une présentation finale de l’événement jeudi à l’hôtel Le Saint George, les organisateurs ont affirmé que tout se passe bien tant sur le plan organisationnel que sportif. Au moins 28 pays de différents continents ont confirmé leur participation à cet AJOM, qui est une des étapes qualificatives pour les Jeux Olympiques à Rio en 2016. La compétition verra ainsi la participation de 105 judokas, 60 judokates et 42 officiels.
Rashid Jhurry, vice-président de la Fédération mauricienne de judo et disciplines associées (FMJDA), a déclaré que tout a été mis en oeuvre pour que ce rendez-vous se déroule dans les meilleures conditions possibles. Il a toutefois déploré l’absence de sponsors pour soutenir cet AJOM. Il a souligné que la compétition a ainsi été délocalisé de Pailles à Vacoas pour des raisons financières, mais a rassuré que le gymnase Pandit Sahadeo répond aux critères pour une telle compétition.
De son côté, François de Grivel, président du comité organisateur, a expliqué qu’il a fallu le support de tout un chacun pour la tenue de cette compétition qui a pris résolument une certaine ampleur vu le nombre de judokas engagés. « Je dois d’abord remercier les dirigeants de la FMJDA et le ministère de la Jeunesse et des Sports pour la somme importante octroyée pour maintenir l’organisation de cet AJOM, sans oublier l’Union africaine de judo pour son aide financière également et la Fédération internationale de judo pour son accompagnement à différents niveaux. Avec la collaboration de part et d’autre, nous sommes arrivés à bon port. Maintenant, place aux judokas pour l’aspect sportif ».
François de Grivel a jugé que Maurice mérite d’organiser une compétition encore plus importante, telle un Judo Grand Prix. « Cela fait quasiment deux années depuis que la FMJDA a entamé de sérieuses négociations pour obtenir ce type de compétition. Ce qui va être vraiment une reconnaissance pour l’île Maurice, qui a tant contribué à l’avancement de cette discipline dans la région, sur le continent et même au-delà », a ajouté le président du comité organisateur de l’AJOM.
En ce qui concerne la participation des judokas mauriciens, l’entraîneur national, l’Allemand Florian Velici, a indiqué qu’il s’attend à une bonne performance de ses protégés mais qu’il faut rester sur ses gardes. Après avoir vu les Mauriciens remporter plusieurs médailles en 2013, le technicien considère que cette présente édition s’annonce plus ardue en raison du niveau des judokas présents et aussi de l’enjeu olympique.
« Nous restons confiants. Les judokas ont eu une bonne préparation. Mais nous tenons à prendre en considération la concurrence qui se présente devant nous et aussi le contexte dans lequel cette compétition aura lieu. Je garde espoir qu’on aura des podiums. Christiane Legentil a de bonnes chances d’être médaillée comme l’année dernière. Mais tout dépendra également du tirage au sort pour avoir une idée de nos chances », a précisé l’entraîneur national.
Prenant la parole, le Marocain Boubkeur Bendaba, directeur en Chef de l’Arbitrage de l’UAJ a fait part de l’encouragement du président de l’UAJ, Lassana Palenfo, retenu à cette période à un séminaire des associations olympiques en Thaïlande. « Au nom de l’UAJ, je félicite Maurice pour son engagement d’organiser cet AJOM en l’honneur du continent. Je suis conscient que vous avez beaucoup investi pour réaliser cet Open. Il suffit de voir les judokas engagés pour comprendre l’importance de ce rendez-vous », a souligné Boubkeur Bendaba.
La FIJ est représentée par son directeur Médias & Communication et aussi responsable de Judo pour la Paix, Nicolas Messner. Ce dernier a félicité la FMJDA et le comité organisateur d’avoir accompli une telle tâche. « Il ne faut pas oublier que cet AJOM a une importance certaine pour les judokas et judokates qui ont pour objectif d’aller à Rio et qui commencent à récolter des points nécessaires jusqu’à l’échéance brésilienne », a déclaré Nicolas Messner.
Ce dernier profite de son séjour pour promouvoir la discipline dans le cadre du programme Judo pour la Paix.