Les judokas mauriciens et rodriguais auront deux comptétitions nationales organisées par la Fédération mauricienne de judo et disciplines associées (FMJDA) entrecoupées par l’Africa Judo Open Mauritius (AJOM). Ce sera l’occasion pour eux de se faire une place dans la présélection en vue des 9es Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) en août 2015 à La Réunion.
Les judokas participeront d’abord aux championnats nationaux qui se tiendront durant le week-end 20-21 courant au dojo national à Grande Rivière Nord-Ouest. Selon Joseph Mounawah, directeur technique de la FMJDA, il y a un réel engouement pour ces championnats.
« Le judokas, qu’importe sa catégorie, tentera de faire de son mieux pour être sacré champion national. Au-delà du titre, certains espèrent décrocher une place dans la présélection des JIOI, alors que d’autres voudront confirmer la leur », fait-il. Les minimes et cadets seront en compétition le 20 septembre, tandis que les juniors et seniors seront en action le lendemain.
Ces championnats nationaux ont une importante pour la compétition excellence que compte organisée la FMJDA les 12 et 13 décembre au dojo national. En quoi consiste ce rendez-vous ? « Il s’agit d’une compétition sélective. Les quatre meilleurs seniors en hommes et dames de chaque catégorie issus des championnats nationaux seront retenus pour la disputer ».
Joseph Mounawah indique que la FMJDA veut mettre les conditions nécesaires afin que les judokas restent actifs jusqu’à l’échéance indianocéanique. Pour le directeur de la FMJDA, l’AJOM sera un test idéal pour jauger la performance des judokas, surtout après leur participations à différents rendez-vous internationaux et au récent stage de cinq jours dirigé par l’entraîneur français Jérôme Henric.
« Les judokas ont eu un bon stage avec Jérôme Henric. Ce dernier collabore avec la FMJDA depuis ces deux dernières années. Il avait établi un programme depuis cette époque et l’applique avec certes des modifications depuis l’arrivée de Florian Velici comme nouvel entraîneur national. Jérôme Henric a reconnu que nos judokas ont progressé, même s’il y a encore beaucoup à faire », fait-il ressortir.