Visiblement les choses bougent très vite en ce qu’il s’agit de l’arrivée des entraîneurs étrangers à Maurice. Après le badminton, c’est au tour de l’athlétisme (voir plus loin) et du judo de tirer avantage de cette manne qui tombe du ciel et pour lequel le ministère de la Jeunesse et des Sports a décidé de jouer au parrain. La séparation entre la Fédération mauricienne de Judo (FMJJDA) et l’entraîneur français Nicolas Hery consommée, le premier nommé n’a pas tardé à trouver son remplaçant. C’est le moins qu’on puisse dire, car Week-End peut effectivement confirmer qu’un Hongrois, médaillé olympique et du monde, est dans le collimateur de cette fédération.
Du reste, Joseph Mounawah a confirmé hier matin que les discussions sont bien engagées avec le hongrois,duquel il n’a pas voulu divulguer le nom pour l’heure. «La fédération a toujours souhaité avoir un entraîneur qui pousse faire le tate (randori sur le tapis à l’entraînement) avec les judokas. Nous recherchons depuis quelque temps déjà un jeune retraité du tatamis mondial, qui puisse, de part sa catégorie et son expérience, tirer nos judokas vers le haut», a expliqué Joseph Mounawah à Week-End.
Selon les premières indications l’entraîneur hongrois, qui a été médaillé olympique et au Championnat du Monde, a fait l’essentiel  de sa carrière en moins de 66 kg, mais tire ces jours-ci en moins de 73 kg. «C’est une catégorie de poids idéale pour nous pour diverses raisons. D’abord parce que les Internationaux de Maurice ont démontré combien nous ne sommes pas bien lotis chez les moins de 66, 73, 81, 90 et -100 kilos. Si nous avons un entraîneur, qui est assez jeune (36 ans) pour combattre et partager son expérence avec nos jeunes, nous serons en mesure de construire une équipe solide pour les JIOI», affirme notre interlocuteur. Reste que si le Hongrois demeure le choix No1 de la FMJJDA, il demeure néanmoins que les négociations sont aussi ouvertes avec un entraîneur japonais.
TIMAU: 30 médailles, mais…
Faisant le bilan des résultats de Maurice lors des Internationaux de Maurice qui a pris fin dimanche dernier avec les finales pour les seniors, Joseph Mounawah ne cache pas son amertume, même avec une récolte de 30 médailles. «Ces Internationaux ont confirmé que nous avons un retard important chez les hommes et chez les filles, il y a une consolidation à faire autour de quelqu’uns qui évoluent en France. En vue des Jeux des Iles nous avons un gros travail à faire et travailler beaucoup avec les judokas de Rodrigues qui a montré du potentiel lors des Internationaux de Maurice. Alors que chez les jeunes, il y a eu beaucoup de satisfaction dans les rangs», affirme le directeur de la fédération.
Joseph Mounawah soutient aussi qu’il y a désormais la nécessité de rouvrir les portes du dojo pour les entraînements matinaux. «Nous devons augmenter le volume de nos entraînements, mais nous faisons face à un gros problème de transport auquel  il nous faudra trouver des solutions», dira encore Joseph Mounawah.