Ce sera une fierté pour Priscilla Morand (en blanc) d’évoluer devant le public mauricien

La judokate Priscilla Morand (-48 kg), qui vit en Suisse, se prépare activement pour la 10e édition des Jeux des îles de l’océan Indien, qui se tiennent dans moins de sept mois à Maurice. Après une année plutôt réussie, avec à la clé plusieurs podiums, dont celui à l’Open du Sénégal, où elle a décroché la médaille de bronze, la Mauricienne, médaillée d’or aux JIOI 2015 à La Réunion, souhaite de nouveau monter sur la plus haute marche du podium.

« L’an dernier, je revenais de blessure. J’avais subi une déchirure du ligament du coude et je suis demeurée éloignée du tatami pour une durée de neuf mois. C’était dur, mas j’ai pu avoir l’appui de mon club et de ma famille », nous dit-elle. Dès son retour, elle a participé à la Coupe d’Europe en Serbie, où elle s’est imposée. « Je venais de reprendre et la peur était toujours présente. Mais je suis quand même satisfaite d’avoir remporté ce tournoi. »

Les compétitions se sont enchaînées et la judokate a continué les belles prestations, notamment à la Coupe du Monde en République dominicaine en septembre dernier, à l’Open du Sénégal et à l’Open de Yaoundé au Cameroun, avec à la clé une médaille d’argent et deux de bronze respectivement. « Cette expérience m’a été très bénéfique, cela m’a aidée à gagner des points sur le plan international. Je sais que lors de mes prochaines sorties, je pourrai passer un ou deux tours. Ce qui est déjà pas mal. »

La page 2018 tournée, elle a maintenant toute son attention braquée sur les JIOI, qui se tiennent du 19 au 28 juillet cette année. « L’objectif reste la médaille d’or. Ce sera une fierté que de décrocher une nouvelle fois le précieux métal pour mon pays. Ce sera aussi l’occasion pour beaucoup de Mauriciens de me voir en action », souligne-t-elle. Avant cela, le 9 février, direction le Grand Slam de Paris, avec l’ambition de récolter des points. En avril, elle sera forcément dans les rangs de la sélection mauricienne pour les championnats d’Afrique en Afrique du Sud.