C’est avec des valises un peu plus lourdes que Joseph Mounawah est rentré à Maurice en provenance de Paris. Pour cause, il y avait dans ses valises ses médailles obtenues lors du congrès spéciale 60 ans de la Fédération Internationale de Judo, tenu à l’Opéra Garnier à Paris. Au cours de cette soirée de récompenses, notre compatriote a obtenu une médaille d’argent pour sa contribution au développement du judo en Afrique et dans le monde, mais aussi une plaque pour sa contribution et un certificat personnel de la FIJ.
Après 44 ans consacré au judo, l’heure était aux récompenses pour notre compatriote Joseph Mounawah. Comme nous l’avions mentionné dans notre supplément spécial Jeux des Iles pendant les Jeux, Joseph Mounawah a été effectivement récompensé par la plus haute instance internationale du judo pour son travail sur le sol mauricien et africain. Aussi pour avoir travaillé comme membre de la Fédération mauricienne de Judo de 1984 à ce jour tant comme président (84-88), trésorier (88-92), puis entraîneur national depuis 1984.  «Avec la sélection j’ai eu l’occasion de mener des équipes mauriciennes sur le continent africain, européen, asiatique et américians», a rappelé à Week-End Joseph Mounawah.
Il faut savoir que ce dernier a conduit quelque 20 stages sous le label de la Solidarité Olympique dans 15 pays africains, dont des grandes nations du judo comme l’Algérie, le Sénégal et le Mali. Outre les stages, le directeur de la FMJDA a été aussi la cheville ouvrière de l’organisation de cinq championnats d’Afrique à Maurice à savoir en 1991, 1992, 2004, 2006 et 2009. Dans cette même foulée ,il faut aussi ajouter les deux championnats du Commonwealth en 1996 et 2008.
«De nature, j’aime pas trop les récompenses, mais cette reconnaissance de la FIJ est quand même un témoignage et surtout un hommage du travail que j’ai accompli pour le judo. Je dois aussi mentionner que depuis 1984, j’ai travaillé avec tous les ministres des Sports qui se sont succédé au ministère des Sports où je suis conseiller en judo depuis 1988. Le judo reste pour moi une grande école de vie et de leadership. Le judo m’a fait connaître tant de satisfaction que de déception. Le plus important reste cependant le mouvement en avant de cette discipline», confie encore Joseph Mounawah, un peu ému avec ses médailles.
S’il compte peu à peu prendre ses distances de l’entraînement de la sélection nationale, par contre sur le plan internationale d’autres défis attendent notre compétition. En effet, avec ses six dan, Joseph Mounawah a été nommé au sein de la Commission de Kata de la FIJ et responsable du passage de grades (2e à 5e dan) pour les ceintures noires sur l’Afrique. A ce titre ,il a eu pour mission d’organiser les 1ers Championnats d’Afrique de kata dans les mois à venir. «La date et le pays organisateur n’ont pas encore été choisis. Mais ce sera chose faite, peut-être lors des Jeux Africains où l’UAJ se réunira», précise Joseph qui y sera présent dans la capitale mozambicaine en tant qu’arbitre de la FIJ A.