Avec le handball, il faut désormais ajouter le judo aux fédérations souffre-douleur depuis que le gouvernement Lepep a pris le pouvoir en décembre 2014. Si on voit comment se termine l’ostracisation de la Fédération mauricienne de Handball dans le cadre de l’organisation des Championnats du Monde des U17 de beach handball, par contre, pour le judo, on assiste ni plus ni moins à la mise à mort de cette discipline, sans doute pratiquée par des gens qui n’ont pas les moyens de se défendre face à un mastodonte qu’est le ministère de la Jeunesse et des Sports.
Si Yogida Sawmynaden a mis la Fédération mauricienne de Judo, pieds et mains liés, sur un échafaud, Stephan Toussaint agit, lui, comme le bourreau, celui qui activera la guillotine afin de couper des têtes. Lors de la séance parlementaire de mardi dernier, la présidente de l’assemblée, Maya Hanoomanjee, a stoppé le député Franco Quirin dans son intervention, lui qui insistait pour savoir pourquoi les élections promises au sein de la FMJ n’ont pas été organisées par le comité temporaire, qui a été mis en place par le ministère selon la nouvelle Sports Act.
En effet, au départ, le député mauve voulait savoir du ministre de la Jeunesse et des Sports si ce carataker committee présidé par Gérard Requin a achevé son travail et, si oui, qu’une copie de leur rapport soit déposée en l’hémicycle. Dans sa réponse, le ministre des Sports a indiqué que le mandat du caretaker committe a déjà pris fin depuis le 30 avril. Toutefois, a indiqué Stephan Toussaint, dans le cours des travaux du comité « further alleged malpratices and irregularities, particularly of financial nature, not excluding fraud, surfaced and may require full investigation ». Le ministre a demandé à la police, le Registrar of Associations, le Registrar of Companies et la MRA de mener une enquête sur ces fraudes alléguées au sein du judo.
Le ministre a aussi relevé qu’une tentative du caretaker committee pour organiser les élections, « for the setting-up of a full-fledged committee », a échoué. Dans ces conditions, Stephan Toussaint a « re-appoint » le comité Requin pour trois mois additionnels afin qu’il puisse compléter son enquête.
Quirin : Peut-on savoir pourquoi le caretaker commitee en question, alors que les élections étaient prévues au 29 juillet, n’a fait parvenir un courrier aux candidats que deux jours avant pour leur dire que les élections allaient être renvoyées, et ce, sans donner aucune raison ? ?Toussaint : Comme je l’ai dit dans ma réponse, au fur et à mesure que le caretaker committee est en train d’avancer, il y a d’autres éléments qui ont fait surface. Le caretaker committee n’a pu aller de l’avant avec les élections, car des enquêtes approfondies sont en train d’être menées.?Quirin : J’ai en ma possession une copie d’un rapport — je suppose que c’est celui-là même dont a fait référence l’honorable ministre — et ce rapport soumis par le caretaker committee, justement, fait état de certains points. Je vais strictement m’en tenir à un des points : mention est faite que les élections ont été tenues sur des bases discriminatoires. J’aimerais savoir de l’honorable ministre s’il est en possession d’un courrier, voire d’une lettre d’un des candidates ou de certains candidats, qui dit avoir été discriminé lors de ces élections, parce que mention est faite de ce…?Toussaint : Oui, comme je le disais, un des éléments nouveaux qui a fait surface, c’est justement par rapport aux élections qui ont eu lieu dans les clubs  sur une base discriminatoire, et il y a eu donc des membres qui se sont plaints par rapport à cela.
À l’agonie
À ce stade, le député de Rodrigues, Buisson Leopold, voulait savoir si cette situation n’affecte pas des judokas de son île. Ce à quoi le ministre des Sports s’est montré rassurant. Mais une fois cette question répondue, la présidente de l’Assemblée nationale a coupé court à toute question supplémentaire, reprochant au passage au député Franco Quirin de vouloir « score political points ». 
Dans une déclaration à Week-End, vendredi, le responsable du dossier sport au sein du MMM soutient que c’est « regrettable de n’avoir pu interroger le ministre, surtout pour savoir pourquoi la fédération de judo n’a toujours pas de comité directeur. »
En attendant, et ce, malgré les affirmations de Stephan Toussaint, le judo est à l’agonie. Shara Sylva a été repêchée pour les Jeux de la Francophonie après le désistement de Priscilla Morand. Il est bon de savoir que les deux entraîneurs de la sélection auraient « tag » Sarah Sylva comme une pro Joseph Mounawah et auraient, selon des sources, rendu la vie de cette judokate sur le tatami un enfer. À tel point qu’elle s’était éloignée de l’entraînement national, si on peut toujours appeler cela ainsi. Elle s’envole pour la Côte d’Ivoire sans une préparation adéquate.