« Ils ont eu six mois d’entraînement intense. Ils ont certainement beaucoup gagné en maturité. Cela rend donc optimiste quant à leur chance de médailles. » C’est ce qu’avait déclaré en substance Anom Petrapermal dans l’édition du vendredi 22 juillet dernier de l’Express où l’entraîneur national évoque la participation de quatre judokas mauriciens aux Championnats d’Afrique juniors et cadets, qui se sont déroulés le 23 et 24 juillet au Maroc. Un entraîneur, de surcroît responsable de la sélection nationale en compagnie de Priscilla Chery, ne pouvait pas parler à la légère sur cette participation mauricienne.
D’autant plus que l’Express du 22 juillet a cité les noms des judokas participants, qui sont Adrien Valère (-81kg), Warren Moutien (+100 kg), William Edouard (-73 kg) pour les juniors et Hansley Parmansing en moins de 60 pour les cadets. Primo : il n’y a effectivement rien d’étonnant à cette information puisque ces jeunes étaient partis en Hongrie depuis le début de l’année pour un stage de formation, financé par la Fédération International de Judo (FIJ) avec comme objectif de participer à ces deux compétitions. Secundo : un entraîneur national qui annonce et qui commente une participation mauricienne à une compétition internationale doit effectivement savoir de quoi il parle.
Sauf que dimanche soir lorsque Week-End a cherché à prendre connaissance des résultats des judokas mauriciens, on s’est très vite rendu compte que les locaux ne figuraient pas dans les entrées et encore moins sur la liste des pays participants. Comment est-ce possible?? À qui revient la faute que l’équipe mauricienne n’ait pas participé à ces deux Championnats d’Afrique?? Deux compétitions où les Malgaches et Seychellois sont montés sur la plus haute marche du podium et où, selon les prévisions, Hansley Parmansing avait toutes ses chances d’être sacré champion d’Afrique chez les cadets.
Interrogé mardi dernier, Anom Petrapermal a tel Lucky Luke réagi plus vite que son ombre en se dédouanant de cette affaire. « Mo pa kapav dir nanye lor sa zafer-la. Mo pa kone. Banla finn ale an zanvye, mwa mo finn vinn la an mars », a-t-il martelé lorsque Week-End lui a posé la question de savoir comment il a pu affirmer à la veille de la compétition que les judokas mauriciens allaient bien faire, sans savoir que les Mauriciens n’étaient pas sur la liste des pays participants.
Petrapermal jette la faute sur Velici
Anom Petrapermal a de ce fait jeté la faute sur Florian Velici, l’entraîneur allemand qui s’occupe du stage des Mauriciens en Hongrie, tout en évoquant un problème de visa pour entrer au Maroc. Une explication qui ne tient pas la route puisque ce n’est pas la première fois que le Maroc organise une compétition de Championnats d’Afrique et la coutume veut que les explications pour les visas viennent dans la même foulée que l’invitation. Mieux les Mauriciens n’ont pas vraiment besoin de faire en amont des démarches de visa pour entrer au Maroc. « Nous avons toujours fait notre visa à notre arrivée à l’aéroport », explique un dirigeant d’une autre fédération qui a fait deux fois le voyage au Maroc cette année.
Toujours est-il qu’entre-temps, les judokas qui étaient en stage en Hongrie sont rentrés à Maurice en début de semaine sur la pointe des pieds. Celui qui est encore considéré comme le DTN de Maurice semble être plus intéressé par son voyage à Rio, tout comme le journaliste de la MBC qui se prétend encore président de la FMJ, Josian Valère, à Rio depuis jeudi. Contacté, Cyril Godère, qui fait office de porte-parole de la FMJ en absence du président Rashid Jhurry — actuellement à l’étranger pour des raisons familiales —, évoque une nouvelle situation malsaine.
« C’est la démonstration claire de la gestion de Josian Valère. Il a laissé une fédération en dessus dessous et personne ne semble savoir où en sont les dossiers en suspens. La participation des Mauriciens dans ces Championnats d’Afrique n’est jamais venue à nous et c’est tout simplement déplorable, ce qui s’est passé avec ce dossier. Jamais dans l’histoire de cette discipline nous n’avons raté notre participation à une compétition pour des raisons qui sont jusqu’ici inconnues. C’est le même Josian Valère qui prétend être encore président de la fédération et que le ministre veut soutenir à n’importe quel prix??», s’interroge Cycril Godère.
Ce dernier déplore aussi que les entraîneurs nationaux ont été invités mercredi d’avant à une réunion avec le comité, « mais ils ont refusé de venir. À partir de maintenant, chacun va devoir assumer ses responsabilités », prévient-il.