Il n’y a pas longtemps, Week-End faisait état du calvaire que rencontrait l’ancien boxeur Bruno Julie pour être embauché comme entraîneur de boxe au ministère de la Jeunesse et des Sports. Lui qui a pourtant offert à Maurice sa seule médaille olympique (bronze) en 2008. Et bien, le MJS gagnerait à s’inspirer de ce qui se fait en Suisse, plus précisément à Yverdon-les-Bains où l’ancien judoka  (de 1997 à 2008),Sergei Aschwanden, lui aussi médaillé olympique de bronze en 2008, a été nommé chef du tout nouveau service communal. Ci-dessous un extrait de l’article paru vendredi dans le journal de 24 heures.
La symbolique est olympique. Le tout nouveau Service des sports d’Yverdon s’est trouvé une pointure internationale comme premier chef. La municipalité a annoncé jeudi la nomination de Sergei Aschwanden. L’ancien judoka, actuellement responsable du Centre des Sports de Villars-sur-Ollon, avait décroché le bronze aux Jeux olympiques de Pékin, en 2008.  « Cet engagement est une déclaration forte de la Ville, qui entend se démarquer et développer l’activité sportive dans la région « , se réjouit le syndic Jean-Daniel Carrard, dont le dicastère comprend les Sports.
Si d’autres sportifs de haut niveau faisaient partie des 83?candidats à ce poste, le profil de Sergei Aschwanden semble s’être dégagé tout naturellement. Son expertise dans la gestion de grands événements internationaux, en collaboration avec le Comité international olympique et la Fédération internationale de judo, a notamment joué en sa faveur.  » J’ai déjà quelques idées, mais il est encore trop tôt pour en parler, on va y aller pas à pas « , glisse l’ancien champion.
Jean-Luc Chollet, syndic d’Ollon, a, lui, déclaré:  » Sergei, c’est un état d’esprit olympique. Yverdon a fait un excellent choix et je suis content pour lui, comme je suis heureux d’être le premier à lui avoir ouvert cette porte quand il a fini ses études en 2013.  » Yverdon compte ainsi sur son futur chef de service – il entrera en fonction en août –, pour proposer une offre renforcée en termes d’événements sportifs d’envergure.  » On peut imaginer que, grâce à son réseau, Sergei Aschwanden nous aide à attirer une fédération sportive internationale « , conclut Jean-Daniel Carrard.