Joseph Mounawah, directeur technique de la Fédération mauricienne de judo, jiu-jitsu et disciplines associées (FMJJDA), a été retenu par la Fédération internationale de judo (FIJ) en tant que cadre technique lors du Grand Prix d’Amsterdam de judo tenu les 19 et 20 dernier. 405 judokas, 249 hommes et 150 femmes, venant de 64 y ont participé.
Après avoir été retenu pour les mondiaux seniors de Paris (France) et les mondiaux cadets de Bakou (Azerbaïdjan), Joseph Mounawah a été sollicité à nouveau par la FIJ pour prêter main forte sur le plan technique pour le rendez-vous d’Amsterdam (Pay Bas).
« Plusieurs personnes de différents pays ayant une longue expérience dans l’organisation de grands événements sont souvent appelées pour faciliter le déroulement d’une compétition », a déclaré au Mauricien le directeur technique de la FMJJDA.
Depuis l’arrivée de Marius Vizer à la tête de la FIJ, le judo a connu une révolution remarquable avec la tenue d’un Grand Chelem, des Grand Prix et aussi des étapes accrues dans le cadre de la World Cup, dont la République de Maurice est citée pour abriter une des étapes en janvier 2013.
Pour Joseph Mounawah il est important de garder un contact régulier aux niveaux continental et international. « Pour mieux progresser, il faut toujours avoir des personnes dans sa fédération qui peuvent côtoyer le niveau mondial. Cela aide beaucoup à tirer sa discipline vers le haut », estime-t-il.
Les Néerlandais ont remporté quatre titres chez eux grâce à Anicka van Emden (-63 kg), Edith Bosch (-70 kg), Dex Elmont (-73 kg) et Henk Grol (-100 kg). Ce Grand Prix d’Amsterdam a vu l’émergence de la Mongolie, qui a décroché deux titres par l’intermédiaire de Lkhamdegd Purevjargal (-78 kg) et Tumurkhuleg Davaadorj (-60 kg). L’Afrique n’a pas été en reste puisque l’Algérienne Soraya Haddad s’est imposée en finale des -52 kg aux dépens de la Japonaise Yuki Hashimoto.
« Les titres sont allés à différents pays. Mais il convient de souligner que les Néerlandais ont remporté à eux seuls quatre médailles d’or. Les compétitions nouvellement organisées par la fédération internationale permettent à un plus grand nombre de judokas de s’exprimer sur le plan international », déclare le directeur technique de la FMJJDA.