La Fédération mauricienne de judo et des disciplines assimilées avait pris un véritable coup de massue à quelques semaines des Jeux avec le forfait de son fer de lance, Christiane Legentil, 16e mondiale de la catégorie -52 kg. La judokate s’était blessée aux ligaments croisés du genou. Mais les autres judokas ont su rebondir au bon moment. D’abord par Annabelle Laprovidence, puis Priscilla Morand et Pascal Laurent. Il y a également la médaille d’or dans la compétition en équipe féminine.
La compétition, on le savait, aurait été difficile avec les Réunionnais qui évoluent à domicile. Le directeur technique de la fédération, Joseph Mounawah, l’avait bien fait ressortir il y a quelques mois. Il n’empêche que les Mauriciens ont su hausser le niveau pour remporter quatre médailles d’or. Le directeur technique national, l’Allemand Florian Velici, a permis au judo mauricien de retrouver un nouveau souffle. Il a su trouver les bons mots et surtout un plan bien établi pour remettre cette discipline sur de bons rails.
En l’absence de Christiane Legentil, c’est en toute logique qu’Annabelle Laprovidence a pris ses responsabilités pour mener cette équipe à la victoire. Médaillée de bronze l’année dernière aux Jeux du Commonwealth en Ecosse, elle n’a pas raté ses Jeux et a décroché la première médaille d’or du groupe mauricien dans la catégorie +78 kg.
Belle performance pour cette judokate soutenue par le Trust Fund for Excellence in Sports qui, au cours de ces deux dernières années, est devenue très régulière. Et si elle continue sur cette lancée, on peut penser qu’elle réalisera encore de belles choses dans les mois à venir.
L’or aussi pour un autre bénéficiaire du TFES, à savoir Pascal Laurent. Ce dernier a été irréprochable dans la catégorie -60 kg. Une médaille quelque peu inattendue dans le sens où le judo masculin a du mal à se trouver une identité depuis plusieurs années après le départ à la retraite des Antonio Félicité, Eddy André et autre Jean-Claude Raphaël. Joseph Mounawah a été un des premiers à le dire il y a quelques mois dans ces mêmes colonnes.
L’autre médaille d’or a été obtenue par la jeune Priscilla Morand chez les -48 kg. Après l’argent lors de l’Africa Open en novembre dernier à Maurice, la Suissesse d’origine mauricienne a confirmé ses prétentions pour donner encore plus d’ampleur à cette performance mauricienne.
La sélection féminine a quant à elle décroché sa deuxième médaille de bronze dans la compétition en équipe féminine après celle de 2003 (Priscilla Cherry, Marie Michèle St Louis, Natalie Antou et Marina Ravane). Cette fois, Maurice s’est imposée 3-2 face aux Réunionnaises grâce à Annabelle Laprovidence, Priscilla Morand, Sarah Sylva, Kimberley Jean Pierre et Audrey Catherine.
Pour Joseph Mounawah, c’est une bonne récolte quoiqu’il estime que Maurice aurait pu mieux faire. « Nous avions pourtant les ressources. Malheureusement, nous n’avons pu aller au-delà de ces quatre médailles d’or. Certains judokas n’y ont pas cru, alors que d’autres ont manqué d’entraînement. Il nous a aussi manqué plus de préparation sur la force. Nous nous sommes trop concentrés sur la technique », déclare-t-il.
Les JIOI terminés, les judokas se tournent maintenant vers les Jeux d’Afrique au Congo, où une équipe de quatre sera du voyage, nommément Annabelle Laprovidence, Priscilla Morand, Sarah Sylva et Pascal Laurent.