Bien que 2015 s’annonce chargée en perspective avec d’importants événements, les 9es Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), prévus du 1er au 8 août prochain à La Réunion, restent cependant la principale priorité de la Fédération mauricienne de judo et disciplines associées (FMJDA).
Reprendre le flambeau au niveau de la région. Tel est le souhait de la FMJDA, car il n’y a nul besoin de rappeler que le judo mauricien intimidait autrefois ses adversaires de la région. Mais tel n’est plus le cas aujourd’hui. La preuve : lors des deux derniers JIOI, en 2007 à Madagascar et en 2011 aux Seychelles, le pays n’a remporté que trois médailles d’or lors de chaque édition.
Mais la FMJDA compte bien se repositionner. Avec Christianne Legentil (-52 kg) comme fer de lance, une Annabelle Laprovidence (+78 kg) prête à tout écraser sur son passage et Priscilla Morand (-48 kg), la FMJDA est confiante qu’elle a la capacité de faire oublier la moisson peu fructueuse des deux précédentes éditions.
La FMJDA admet que 2015 demeure une année particulière. En termes de compétition, les combattants auront un calendrier rempli avec notamment les 9es JIOI, les 36es championnats d’Afrique en avril à Libreville, les championnats du monde en août au Kazakhstan, les XIes Jeux d’Afrique en septembre à Brazzaville et le 3e Africa Judo Open Mauritius en novembre.
Mais le rendez-vous indianocéanique semble le principal objectif de la FMJDA. « Les Jeux des îles restent un événement incontournable pour les athlètes, c’est la raison pour laquelle ces Jeux sont notre principale préoccupation pour 2015 », indique Joseph Mounawah, directeur technique de la FMJDA. Certes, rivaliser avec les Réunionnais sur leur sol constitue un pari osé, mais les Mauriciens sont déterminés à redorer le blason de la discipline.
Après une saison 2014 plus que satisfaisante avec des résultats probants, notamment la médaille d’argent de Christianne Legentil aux championnats d’Afrique, puis la médaille d’argent décrochée au IJF Grand Prix d’Astana ou encore le bronze d’Annabelle Laprovidence aux XXes Jeux du Commonwealth à Glasgow, la FMJDA veut continuer de surfer sur cette vague.
« Pour cette édition des JIOI, nous visons au moins le tiers des dix-huit médailles d’or possibles. Nous avons la possibilité de le faire avec ceux qui composent  notre effectif », ajoute le directeur technique. Les meilleures chances de médailles résident du côté des judokates Christianne Legentil (bronze en 2011), Sarah Sylva (or en 2011) et Annabelle Laprovidence (or en 2011). Pour confirmer la montée en puissance du judo parmi les autres disciplines sur le plan local, Legentil et Laprovidence sont nominées dans la catégorie de la Sportswoman of the Year 2014 des National Sports Awards, dont la cérémonie de remise de récompenses aura lieu le 30 janvier au J&J Auditorium à Phoenix.
Joseph Mounawah prévoit dans la foulée une possible médaille d’or de Laprovidence en Open féminin aux 9es JIOI. Il croit en outre dans les chances des judokates pour s’imposer dans le tournoi par équipes vu la préparation sans relâche et méthodique des judokas depuis l’année dernière sous la férule de l’entraîneur national, Florent Vilici.
« Depuis que nous avons débuté la préparation, nous n’avons pas connu de repos, sauf pour un bref moment en raison des festivités de fin d’année. Sinon, nous nous sommes remis au travail dès le 5 janvier. Ce qui prouve que la préparation se fait sérieusement et les judokas sont conscients du sacrifice que cela comporte pour décrocher une place en sélection et par extension un podium à La Réunion », assure l’unique médaillé du judo mauricien des 2es JIOI en 1985.
Avant de parvenir à l’échéance réunionnaise, la FMJDA compte se servir d’autres rendez-vous en guise de préparation, notamment les Internationaux de Maurice (mars), le tournoi de Rodrigues (mars), le tournoi de La Réunion (avril) et les championnats d’Afrique (avril). « Mis à part les championnats d’Afrique, ces internationaux constitueront un sérieux baromètre pour notre staff technique quant aux capacités de nos judokas. Ils permettront aussi de jauger la force de frappe de nos futurs adversaires », précise-t-il.
Ce dernier tient à faire ressortir que même si les JIOI sont la priorité des priorités, la FMJDA accordera l’importance voulue aux championnats d’Afrique de Libreville. Certes, la participation sera minime, mais la fédération vise des podiums comme c’était le cas l’année dernière. Joseph Mounawah estime qu’une fois les 9es JIOI achevés, les regards seront braqués tout de suite sur les Jeux d’Afrique de Brazzaville. Pour une telle participation, le nombre de judokas dépendra du ministère de la Jeunesse et des Sports et du Comité olympique mauricien.
En ce qui concerne le calendrier d’activités cette année, la FMJDA prévoit des compétitions au niveau régional, national et la formation pour tous ses composants.