« Sans aucun doute ces deux médailles gagnées à Cardiff revêt de toutes leur importance pour la fédération. Certes je suis un peu déçu du peu de succès qu’a enregistré McLeon Paulin, mais ce sont deux médailles qui viennent confirmer la démarche de la fédération qui veut mettre en place une équipe en place pour tourner dans les compétitions africaines. Pour ce faire nous allons utiliser nos judokas qui sont déjà basés principalement à Paris en France et d’autres qui vont les rejoindre dans les semaines à venir. Nous envisageons aussi comment intégrer un ou deux judokas dans un des centres de haut niveau en Afrique », a renchérit le directeur de la FMJDA.
A bien des égards la FMJDA fait un retour à des valeurs qui ont porté leurs fruits dans les années 90 où avec l’aide de la France, à travers le fond FFPO et la Coopération Française, les judokas mauriciens ont pu faire des séries de tournois en Europe et en Afrique. Mais comme ces modes de financement n’existent plus, la FMMJDA se lance de ce fait dans le système D. « Faute de budget adéquat il y a un certain nombre de chose qu’on ne peut plus faire. Donc il nous faut trouver d’autres moyens pour faire progresser nos judokas car sur le tatami à Maurice il est très difficile de les faire évoluer à un niveau supérieur. D’autant plus que le judo mondial se professionnalise de plus en plus et il n’y aura plus de place à l’amateurisme dans cette discipline. Pour ce faire, nous utilisons les quelques judokas qui habitent en France pour les faire participer dans les compétitions en Europe. Ce qui réduit aussi les frais », explique Joseph Mounawah.
C’est ainsi qu’à Maurice la saison 2012 se place sous le signe de la relance. La FMJDA place aussi sa confiance dans une équipe kamikaze pour sa vitrine. Dans cette équipe on retrouve Mélissa St-Pierre, Jean Yves Boudhoo qui pourraient être rejoints par McLeon Paulin, Annabelle Laprovidence, Audrée Catherine et Christina Legentil.
« Comme nous avons le soutien de l’entraîneur et préparateur physique Fabrice Camozzo pour leur entraînement il nous faut en tirer profit », soutient Joseph Monawah. Ce dernier a passé le clair de son temps depuis la fin des Jeux des îles  à penser comment relancer la machine à Maurice.
Six centres régionaux
La dernière réunion technique de la fédération a permis de mettre en place la stratégie pour renforcer les centres d’entraînements existants avec le soutien du Trust Fund For Excellence In Sports (TFES). C’est ainsi que l’antre du judo mauricien reste le dojo de Grande Rivière Nord Ouest (GRNO). Les efforts sont aussi concentrés sur le dojo de Beau-Bassin, d’Anjalay, de Bambous, Vacoas et Curepipe. « Si nous arrivons à bien faire fonctionner ces six centres régionaux, même si je dois reconnaître que Port-Louis et Beau-Bassin fonctionnent à merveille, nous allons pouvoir créer une pépinière et aussi alimenter comme il se doit l’entraînement de masse au dojo de GRNO les mercredis et vendredis entre 16h et 18h30 », avance notre interlocuteur.
Dans la foulée de l’ouverture ou la réouverture de ces centres régionaux, la FMJDA va aussi à la pêche « miraculeuse ou pas », Joseph Mounawah espère que la dizaine d’actions qui seront organisées à travers l’île et qui commencent à partir du 12 février à Triolet apporteront de l’eau au moulin de la FMJDA. « Espérons que ces actions amènent des jeunes vers notre discipline. Je dois dire que dans le nord un travail important a été fait et les résultats des derniers Jeux de l’Avenir en sont les preuves », a renchérit Joseph Mounawah.
Car 2012 risque, encore une fois, être une année de vaches maigre pour la fédération à moins que le quatuor qui ira défendre les couleurs de Maurice aux Championnats d’Afrique au Mali réussisse l’exploit. Sarah Slyva (52kg), Christiane Legentil (-48kg), McLeon Paulin (81 kg) et Mike Rigobert (-90 kg) seront dans la capitale malienne pour tenter de conjurer le mauvais sort qui date depuis…1998. Date des derniers deux titres africains de Maurice en Afrique.
« C’est un gros challenge, mais la joute sera difficile puisque sur l’Afrique les choses bougent. Il nous reste aussi les Jeux Olympiques, mais la encore nous avons une place et nous ne savons pas encore quelle catégorie nous sera allouée. Nous avons envoyé 14 noms et dans pareil contexte il est difficile de faire une préparation adéquate pour ces Jeux », explique amèrement le directeur technique de la FMJDA.
Tous les espoirs de 2012 concernent la scène nationale avec le tournoi international de Maurice qui se tiendra le 26 mars à Maurice. « Nous allons  possiblement mettre en place des stages et des regroupements fermés pour recréer ce dynamisme au sein des jeunes, car nous avons aussi à préparer l’équipe qui ira aux Jeux des îles de 2015 à La Réunion », soutient Joseph Mounawah.
C’est ainsi que le calendrier de cette année fait une place importante aux jeunes avec en prime le tournoi de la CJSOI pour les moins de 17 ans  le 11 et 12 novembre prochain. « Cette compétition est un objectif majeur car elle sera l’occasion de situer la base de notre judo face aux autres pays de la région. Certes La Réunion part avec un avantage, mais nous avons encore notre mot à dire », affirme notre interlocuteur.
Pour Joseph Mounawah finalement la saison 2012 est un recommencement dans le sens contraire. « Nous avons un grand besoin de retourner à la base. Il y a une année le judo était absent dans le nord de l’île. Aujourd’hui c’est la région qui monte en puissance. Espérons que le travail entamé avec le TFES au sein de l’école Friendship se poursuive et s’étend à d’autres institutions », souhaite Joseph Mounawah.
Entraînement national: Les nouveaux entraîneurs désignés
Le comité technique de la FMJDA a procédé récemment à une redistribution des cartes en ce qui concerne les sélections nationales. Si Joseph Mounawah garde la main haute sur les sélections avec le rôle de superviseur, par contre chaque sélection, qui soit celle des hommes ou dames disposent désormais d’un entraîneur. Ainsi la sélection nationale hommes sera entrainée par Anom Pettrapermal, alors que Nicolas Hery s’occupera des femmes. La sélection junior filles passe sous la houlette de la double championne d’Afrique Priscilla Chery, alors que Laval Colette aura la responsabilité des garçons. L’autre double championne d’Afrique Marie Michèle St-Louis s’occupera de la sélection cadette, alors que le vieux briscard Sylvio Joseph entraînera les garçons.