Reconnus coupables par la Cour intermédiaire de vol et de possession de biens volés, Sundeep Ramsamy et Damien Ross avaient écopé de trois ans de prison. Ils avaient alors interjeté appel, jugeant la sentence trop sévère. Les juges Chan Kan Cheong et Joseph n’ont pas été de cet avis concernant le premier nommé, rappelant qu’il n’en était pas à son premier délit. Sa sentence a donc été maintenue.
Sundeep Ramsamy et Damien Ross avaient été poursuivis, avec trois autres accusés, sous deux actes d’accusations de vol. Tous deux avaient été condamnés à une peine de trois ans de servitude pénale ainsi qu’à payer des frais de Rs 500 à la Cour. Les deux hommes avaient alors interjeté appel, évoquant que la sentence imposée par la magistrate de première instance était « harsh and excessive and wrong in principle ». Leur avocat avait déclaré en cour que la magistrate n’avait pas pris en considération l’âge de ses clients, mineurs au moment des faits, de même que celle-ci avait manqué d’établir leur degré de participation dans le délit. Selon l’avocat, les deux accusés n’avaient fait qu’exécuter les ordres d’autres coupables et se trouvaient dans une situation où ils ne pouvaient faire machine arrière. Et d’ajouter que, vu leur jeune âge, la magistrate aurait pu leur infliger des heures de travaux communautaires au lieu d’une peine d’emprisonnement.
Me Joree, l’avocate représentant l’État, a pour sa part déclaré que les trois ans de prison imposés par la magistrate étaient le minimum recommandé étant donné que le délit était planifié et que les deux appelants étaient impliqués.
Lors de l’appel, les juges ont rappelé les faits par le biais des versions des accusés consignées à la police. Il y est indiqué que, le 26 mars 2008, Damien Ross et Sundeep Ramsamy, qui avaient alors 16 et 17 ans respectivement, avaient embarqué dans une voiture en compagnie de trois autres suspects en direction de Mon-Choisy. Une fois arrivé à destination, le conducteur aurait volontairement heurté un autre véhicule, qui se trouvait sur une aire de stationnement, avant de dépouiller les occupants et de prendre la fuite dans le véhicule de leurs victimes. Damien Ross, lui, avait déclaré qu’il ne connaissait personne dans la voiture, expliquant qu’il y était entré car Sundeep Ramsamy connaissait l’un d’eux. Et d’ajouter qu’il avait dormi durant le trajet et qu’il aurait été réveillé par l’impact entre les deux véhicules.
Quant à Sundeep Ramsamy, il devait dire en cour avoir obéi aux ordres d’un des autres suspects, qui lui aurait demandé de dépouiller les passagers de la voiture accidentée. Ils se seraient ensuite rendus à Tamarin, où ils auraient alors retiré l’auto-radio, avant de se diriger vers Grande-Riviere-Nord-Ouest pour commettre un autre délit suivant le même mode opératoire.
Dans leur jugement, les juges ont estimé que les deux appelants, malgré leur jeune âge au moment des faits, avaient plaidé coupables, ce qui démontre qu’ils acceptent avoir été impliqués dans le délit de vol. Les juges ont pris en considération le fait que la magistrate avait trouvé que leur âge ne constituait pas un facteur suffisamment important pour commuer la peine d’emprisonnement en heures de travaux communautaires. Les juges ont cependant fait comprendre que, dans un cas où un mineur est trouvé coupable, il est plus judicieux de lui imposer des travaux communautaires. Aussi ont-ils décidé que, du fait qu’il en était à son premier délit et vu son jeune âge lors du vol, Damien Ross n’aurait qu’à effectuer 12 mois de prison au lieu de trois ans. Sundeep Ramsamy, lui, n’aura pas bénéficié des mêmes circonstances, celui-ci en étant à son quatrième délit pour vol avec violence, ce qui, estiment les juges, démontre que l’accusé « n’a pas appris de ses erreurs ». Raison pour laquelle ceux-ci ont décidé de maintenir la sentence initiale de 3 ans de prison.