Kunalsing Purmah et un mineur ont été acquittés il y a quelques jours par la magistrate Asha Ramano-Egan, siégeant en cour criminelle intermédiaire. Le premier nommé était poursuivi pour avoir aidé l’auteur d’un vol, Piyush Kumar Mannick, et le second pour recel des objets volés. Les deux accusés avaient plaidé non coupables à l’appel du procès.
Kunalsing Purmah et un mineur d’âge peuvent souffler. Le premier avait été poursuivi pour avoir aidé (aiding and abeiting) l’auteur d’un vol, Piyush Kumar Mannick, et le second pour avoir été retrouvé en possession du produit de ce larcin. Tous deux ont finalement été acquittés en cour criminelle intermédiaire par la magistrate Asha Ramano-Egan.
Le vol a été commis au détriment de l’épouse de Coomarasamy Moonosawmy. Le dossier à charge repose essentiellement sur le témoignages de l’époux et de Piyush Mannick, qui a été poursuivi et condamné à quatre mois de prison.
Les faits remontent au 21 octobre 2005. Ce jour-là, des individus font irruption au domicile de Coomarasamy Moonosawmy en brisant des vitres. Ils font alors main basse sur plusieurs articles, notamment sept chaînes en or et trois bracelets, deux étant sertis de perles et le troisième de diamants. Montant du butin : Rs 150 000.
La victime du vol a obtenu des informations concernant les bijoux volés. En compagnie de deux amis, elle s’est rendue à Bassin-Camarons à Belmont, Rivière-du-Rempart, où elle a vu les deux accusés et Piyush Mannick. Kunalsing Purmah et un jeune homme de 17 ans ont été conduits à la police.
Défendus par Me Rama Valayden, les deux accusés ont déposé en cour. L’adolescent a soutenu qu’au poste de police, les enquêteurs l’ont informé du délit qu’il aurait commis et a nié les faits. L’accusé a déclaré avoir été brutalisé par la police qui a rédigé sa déclaration et lui ont demandé de signer. Il a voulu savoir pourquoi car, a-t-il précisé, il n’avait pas participé au vol.
En outre, le jeune homme a demandé à contacter son père pour l’informer de son arrestation. Selon ses dires, ceux chargés de l’enquête auraient rigolé tout en lui disant qu’il devra signer la déposition s’il veut rentrer chez lui. Effrayé, il a obtempéré. La seconde déposition, consignée en présence de son père, est la bonne, a-t-il précisé.
L’accusé No 2 a lui aussi nié les faits en cour. Selon sa version, il travaillait dans une boulangerie et Piyush Mannick était son collègue. La mère de ce dernier était venue un vendredi soir apporter à son fils son dîner à la boulangerie. Kunalsing Purmah lui aurait alors demandé s’il pouvait parler à sa mère pour qu’elle prête des bijoux à sa fiancée qu’il voulait emmener à un safran (rituel de mariage hindou) à Rivière-du-Rempart. Piyush Mannick aurait alors passé le message à sa mère, qui a donné son accord.
Le jour du mariage, alors que Kunalsing Purmah passait par Bassin-Camarons dans sa voiture, plusieurs policiers dans deux 4 x 4 lui ont alors bloqué la route. Ils ont fouillé son véhicule et ont saisi une enveloppe dans laquelle se trouvaient les bijoux de la mère de Piyush Mannick. Il a déclaré avoir été traité « comme un voleur ». Il a aussi indiqué que des éléments de la CID, qui enquêtaient sur le vol commis chez M. Moonosawmy, lui ont infligé des coups, à la suite de quoi il aurait saigné de l’oreille et du nez.
Après avoir analysé les témoignages des deux accusés, qu’elle considère avoir « withstood cross-examination », la magistrate estime qu’il ne serait pas unsafe de se fier uniquement à la version de l’accusation. Elle préfère accorder aux accusés le bénéfice du doute et rayer les accusations logées contre eux.