Pour la magistrate Wendy Rangan, qui fera connaître sa sentence demain, « la publication de ces photos n’était pas nécessaire à la compréhension d’un événement public, d’un fait d’actualité ou d’un débat d’intérêt général »
Imraan Hosany, directeur et rédacteur en chef de l’hebdomadaire Sunday Times, a été trouvé coupable par la Cour criminelle intermédiaire (CCI), dans un jugement rendu par la magistrate Wendy Rangan, dans le procès intenté à notre confrère. Elle fera connaître la sentence demain.
L’accusé a été poursuivi pour outrage à l’encontre de la morale publique et religieuse, sous les articles 206 (1), (3) et 208 du code pénal. L’acte d’accusation était libellé comme suit : « (…) on the 15th of July 2012, the accused wilfully and unlawfully, by newspaper put up for sale in public places, committed an outrage against good morals, to wit : on the edition of the 15th of July 2012 of the Sunday Times Newspaper, which was put up for sale in public places, photagraphs of a deceased person, one Michaela Harte, an Irish national also known as Michaela Mary McAveary, and such publication was of a nature to cause an outrage against good morals. »
À l’appel du procès, l’accusé a plaidé non coupable. Il était défendu par Me Akil Bissessur, avocat. Me Medhi Manrakhan, Principal State Counsel, a soutenu la poursuite alors que Me Dick Ng Sui Wa a agi comme watching brief pour le compte des proches de la victime.
Dans la déclaration qu’il avait donnée à la police, l’accusé, relève la magistrate dans son jugement, a nié qu’il avoir commis quelque délit, ajoutant qu’il ne faisait que son travail de journaliste, tout en reconnaissant que son journal avait publié des photos du cadavre. Il n’a rien dit quant à la provenance des photos mais la magistrate note qu’il s’agissait des photos prises sur la scène du crime par des photographes de la police et qui ont été remises à des personnes autorisées seulement.