La ville de Wroc?aw accueille la dixième édition des Jeux mondiaux (The World Games) du 21 au 30 juillet. Maurice sera représentée en jujitsu (fighting et ne waza) par Jonathan Charlot en -77 kg et Rayan Proag en -69 kg, qualifiés en vertu du classement mondial de la Fédération internationale de jujitsu (FIJJ). Ils mettent le cap sur la Pologne demain, avec le Directeur technique national (DTN), le Français Nicolas Herry et le président de la Fédération mauricienne de jujitsu (FMJJ), Nuvin Proag.
 Jonathan Charlot, double champion d’Afrique 2016 et septième au classement mondial, sera le premier à entrer en action. Il défendra les couleurs mauriciennes en ne waza ce vendredi, avant de s’engager en fighting le lendemain, épreuve où Rayan Proag, vice-champion d’Afrique et huitième mondial, sera également en lice. Selon Nuvin Proag, rien n’a été laissé au hasard dans leur préparation pour cette compétition mondiale, car le niveau sera sans doute un des plus élevés, bien plus qu’aux derniers championnats d’Afrique en 2016 en Afrique du Sud.
« Ils ont commencé un programme d’entraînement spécifique depuis janvier, qui s’est intensifié depuis mars. Les athlètes ont eu jusqu’à trois séances par jour où ils ont travaillé au niveau musculaire, de l’assouplissement, du fitness, de l’endurance et technique. La FMJJ est très satisfaite des efforts fournis par les deux athlètes et de leur sérieux dans la préparation. Ils n’ont pas rencontré de blessures importantes et donc cela a permis de travailler dans de bonnes conditions », dit-il.
Ainsi, la FMJJ a placé la barre très haute pour Charlot, qui est attendu surtout en fighting. Potentiel médaillé, il aura toutefois en face de lui, les six meilleurs combattants du monde chez les -77 kg. « Jonathan a la capacité pour le faire, il est un bon outsider. Tout est possible et nous faisons avec lui tout ce qui est nécessaire pour qu’il puisse obtenir ce résultat », avance le président de la FMJJ.
Par contre, les possibilités de Proag de décrocher une médaille sont minces, sachant qu’il n’est que junior (19 ans) et que tous les athlètes qu’il rencontrera seront d’au moins six ans plus âgés que lui et, notamment, plus expérimentés. L’objectif que la fédération lui a fixé est qu’il prenne le maximum d’expérience pour les prochains mondiaux, tout en essayant d’aller le plus loin possible, voire réaliser l’exploit. Bien qu’ils ne soient pas favoris malgré leur titre africain, les deux Mauriciens joueront tout de même crânement leur chance.
À moins d’un jour du départ, le moral est au beau fixe pour la délégation mauricienne, soutient Nuvin Proag. « La confiance est là. Ils ont été très bien encadrés par le DTN. Le travail a été bien fait et bien suivi par tout le monde: athlètes, staff technique et dirigeants. Les Jeux mondiaux pour le jujitsu sont la plus grande compétition. Donc, tous les moyens ont été mis en place. Nous remercions aussi vivement nos partenaires, Mitsubishi, My Gym, qui a mis son gymnase cinq étoiles à la disposition de nos deux athlètes, lesquels ont pu s’entraîner efficacement presque tous les jours, City Sport, Nabla Business Solutions, Island Links, Mégabyte, Pink Dots, V5 Immobilier, The Stone Specialists Ltd et Concrete World Ltd ».