Farook Ramjane, 64 ans, a écopé de 35 ans de prison pour avoir assassiné sa belle-fille Nazeeema, alors de âgée de 24 ans, à coups de sabre en 2007. Il a lors de sa comparution en Cour d’assises, mercredi, plaidé coupable. 
L’accusé a dès le départ reconnu sa culpabilité, lorsqu’il a été interrogé par les enquêteurs et lors de l’enquête préliminaire en octobre 2009. Dans ses dépositions lues en Cour par l’inspecteur Goolaub, Farook Ramjane a soutenu avoir agi sous l’effet de la colère. « Nazeema finn dir plisiers fois ki li pu fer eliminn nu enn par enn. Se dan la colere ki mo finn fer sa« , a-t-il dit. « Boner, li ti finn sorti pou li al Vacoas. Ler linn retourne, mo ti tou sel ar li dan lakaz. Mo madam ti finn al kot mo lot garson ki abit anba. Apre kan linn (sa femme) finn retourne linn amenn inpe manze apre li finn al dan saldebin. Mo belfi ti pe koz kont nou. Mo finn al tir mo sab, mo finn trap Nazeema ziska so figir ti fer fas lor sali. Mo finn pran mo sab mo finn rankontre li kot li. Monn met la cle dan la porte. Ek tou mo la fors mone finn donn li kout sab. Monn tane laport tape monn kontinye tap li kout sab », devait-il dire dans ses dépositions.
La femme de l’accusé a alors entendu du bruit et elle a couru vers la maison. Avec l’aide de voisins, ils ont dû forcer la porte pour y accéder. Ils devaient, dès lors, constater que Nazeema gisait dans une mare de sang. Elle a été conduite à l’hôpital où elle a rendu l’âme. 15 coups de sabres avaient été infligés à Nazeema.
Dans son jugement rendu le 13 juin, le juge Benjamin Marie Joseph, a souligné en se basant sur les conclusions de l’autopsie du médecin-légiste de la Police : « However intolerable the conduct of the victim might have been, it cannot by any standard justify that her life be taken away. The crime of murder is in itself a serious offence and when committed in the atrocious circumstances of the present case, the punishment to be meted out to the perpetrator must be of an exemplary severity. »
L’accusé a exprimé ses profonds regrets et a présenté ses excuses à la famille de sa bru. Les 2 109 jours que l’accusé a passés en détention préventive seront déduits de la durée que prévoit sa sentence.