Kalyanee Juggoo, députée travailliste et Private Parliamentary Secretary du N° 4 (Port-Louis Nord/Montagne Longue) est d’avis que le Budget 2013 cible avant tout les plus vulnérables de la société et que le ministre des Finances « a réussi à établir un juste équilibre entre les exigences économiques et celles du social ».
Pour Kalyanee Juggoo, la « social welfare approach » de Xavier-Luc Duval de ce budget démontre qu’il y a une cohésion et une continuité entre son passage au ministre de l’Intégration économique et ses présentes fonctions en tant que ministre des Finances. Elle a salué plusieurs mesures sociales, dont l’offre d’un repas chaud quotidien aux élèves des écoles ZEP. Citant Bertrand Russell pour qui les vraies valeurs dans la vie ne se mesurent pas en termes d’argent, elle a plaidé pour un retour aux valeurs humaines parmi la jeunesse et estime que certaines mesures favorisent cela, notamment la réintroduction des sports intercollèges. Elle a évoqué par ailleurs l’adoption par le Bhoutan de l’indice du bonheur national (Gross National Hapiness).
Kalyanee Juggoo salue également l’introduction des réformes bancaires, la suppression des dettes dans certains cas pour permettre à des petits entrepreneurs de rebondir, la baisse des tarifs de l’accès à l’internet, le don de tablettes tactiles aux élèves de la Form IV qui devrait, estime-t-elle, améliorer « l’internet literacy », l’ouverture de l’économie sur l’Afrique.
Plus tôt, répondant à des critiques de Joe Lesjongard concernant la situation de quelques familles de squatters de Karo Kalyptis qui vivent sans eau ni électricité, la PPS du N° 4 a accusé le député mauve de cette circonscription d’avoir « manipulé » politiquement une poignée de personnes. Une allégation qui a fait l’objet de vives protestations de la part du principal concerné et dans les rangs de l’opposition. Elle devait par la suite accepter de retirer ses remarques sur ordre du Speaker pour finalement dire que le député mauve a « influencé » quelque 25 familles de squatters qui attendent d’être relogées, alors que 128 autres de Cité La Cure ont déjà été relogées à Batterie-Cassée.
Reprochant à M. Lesjongard d’en faire un enjeu « communal », elle a lancé : « Qu’avez-vous fait pour ces familles en 2000 lorsque vous étiez ministre du Logement ? »