Avinash, Vinay et Akilesh, tous des voisins et proches des Soobraydoo, à Berthaud, Quatre-Bornes, sont unanimes : « Tantine Meeta était une comme une deuxième mère pour nous ». Ces jeunes hommes, qui ont tous presque le même âge qu’Atish, le fils de Kamla Devi Soobraydoo, témoignent de comment « chaque matin, elle prenait des nouvelles avec nos mères… Elle était très gentille et attentive avec tout le monde ». Employée du collège Lorette de Quatre-Bornes, celle que tout le monde appelait affectueusement Tantine Meeta laisse une fille, Ashwini, 20 ans, étudiante à l’université de Maurice et un fils, Atish, 25 ans, comptable. Son époux Krishna, plus connu comme Ton Kish, et elle sont « des personnes très connues de notre quartier ».
Avinash, étudiant, se souvient comment « il y a quelque temps, quand ma mère avait dû se rendre à l’étranger pour une dizaine de jours, elle venait chaque jour voir si on avait à manger à la maison ; si je faisais mes devoirs. Elle était très “caring”. Elle était comme une deuxième maman… »
Les trois jeunes hommes n’en reviennent pas qu’ils ne reverront jamais plus Tantine Meeta. « Ici, dans cette impasse, nous vivons tous comme une grande famille. Plusieurs communautés vivent ici, pourtant, cela ne fait aucune différence… Nous sommes tous très unis. Ou konn voisin, plis ki fami sa… »
Un proche de Soobraydoo raconte comment, hier matin, « elle a changé son “shift” de travail avec un autre collègue. Elle voulait se rendre à Port-Louis pour y déposer un cadeau, un colis destiné à sa soeur, qui vit en Europe, et qui est actuellement de passage à Maurice. Elle ne devait pas être dans cet autobus, mais à son travail… Le sort en a décidé autrement. »