Le Mauricien Jim Patient a décroché une médaille de bronze lors de la 9e édition des championnats internationaux MAP de karaté qui ont eu lieu à l’île soeur le 28 juin dernier. Le seul représentant local était engagé dans l’épreuve de kumité (combat) dans la catégorie seniors Open lors de ce grand gala d’arts martiaux organisé sous l’égide de la Fédération française de karaté et des disciplines assimilées en collaboration avec la ligue réunionnaise. Le karatéka a également pu assister à un stage de formation technique et d’arbitrage du 23 au 27 juin toujours à La Réunion.
Cette compétition réunissait les meilleurs karatékas en provenance de La Réunion, du Congo, de Belgique, du Sénégal, de France, d’Algérie et de Maurice au Port. Jim Patient s’est incliné en demi-finale devant le Belge Diego Vandeschrick, un double vice-champion du monde de la World Karate Federation (WKF). Ce dernier a été battu en finale par le Congolais Willman Malonga.
« L’idée de cette compétition est avant tout de promouvoir le karaté car elle est sans grands enjeux. Toutefois, je suis fier de ma médaille car mes adversaires étaient de haut niveau. L’organisation était quasi parfaite. Malheureusement, Madagascar n’a pu se joindre à nous cette année », soutient Jim Patient.
Cette troisième place fait aussi le bonheur d’Harold Patient, directeur technique national et président du club Arts Martiaux de l’Est où s’entraîne le médaillé. « Jim a fait une très bonne performance face à des champions. Il y a déployé beaucoup d’efforts notamment au niveau jambes », fait-il ressortir.
En ce qui concerne le stage, il était conduit par l’arbitre international Hugues Micholet, entraîneur de la WKF pour l’arbitrage, et Fode Ndao, entraîneur de l’équipe du Sénégal pour la partie pédagogique. Cette formation visait à offrir des techniques d’entraînement qui visent à préparer et à faire progresser les enfants et les jeunes dans la discipline.
« Étant également entraîneur du club de l’est, j’ai appris beaucoup de choses qui m’aideront à faire avancer mes karatékas. Il est très important d’apprendre et d’apporter des connaissances extérieures dans son pays, cela ne peut qu’aider », conclut Jim Patient.