Le ministre de l’Intégration sociale a donné le coup d’envoi d’une journée de nettoyage organisée hier matin à Karo Kalyptis dans le cadre d’un projet de logements sociaux pour une centaine de familles. Étaient présents le directeur du Centre d’accueil de Terre-Rouge José Ah-Choon, le chairman de la National Empowerment Foundation Robert Desvaux, le Senior Advisor on Project Development and Implementation à l’Intégration sociale et l’Economic Empowerment Ramalingum Maistry. Pour les habitants, le projet est un ballon d’oxygène qui leur redonne espoir pour des lendemains meilleurs.
Xavier-Luc Duval a fait diligence. Le ministre de l’Intégration sociale s’est rendu le lundi 27 juin à Karo Kalyptis pour dresser un état des lieux. Accompagné de ses officiers et d’autres cadres de la National Empowerment Foundation (NEF), il a constaté de visu les conditions dans lesquelles vivent plusieurs habitants de cette localité de la région de Roche-Bois.
Aux alentours de 8 heures hier. Dans un tourbillon de bruits des tracteurs, pelleteuse et débroussailleuse, l’opération de nettoyage est lancée pour la concrétisation du projet de logements sociaux. Des employés de la mairie de Port-Louis, de la Multipurpose Unit de la NEF et des habitants de Karo Kalyptis sont mobilisés pour se débarrasser de plusieurs tonnes de détritus, branches, feuilles mortes, mauvaises herbes et plantes sauvages. L’opération est le fruit d’une collaboration entre le ministère de l’Intégration sociale, la NEF, la municipalité de Port-Louis, Manser Saxon, le Centre d’accueil de Terre-Rouge et des travailleurs sociaux.
Cette journée de nettoyage a principalement pour objectif d’assurer la sécurité des habitants du quartier et leur éviter qu’ils ne soient exposés aux risques de prolifération des moustiques pouvant nuire à leur santé. La deuxième phase du projet consiste à réaménager les facilités essentielles, dont l’eau et l’électricité. Une fois cette étape franchie, des développements insfrastructurels, notamment le réseau routier, verront le jour. Les travaux, qui s’enchaîneront les uns après les autres, comme l’indique Xavier-Luc Duval, seront complétés par un Housing Scheme – comme celui que le ministère de l’Intégration sociale a mis en place à Dubreuil – proposé à une centaine de familles. Les principaux acteurs du projet se réuniront prochainement pour décider du type de maison qui sera construit sur les 105 lopins de terre que le ministère du Logement et des Terres a mis à la disposition de l’Intégration sociale.
Xavier-Luc Duval, qui est retourné sur le chantier hier après-midi pour constater l’avancement de l’opération de nettoyage, a expliqué au Mauricien qu’« une des priorités de mon ministère est de démontrer que nous pouvons réhabiliter une région pour la rendre vivable. Les habitants de Karo Kalyptis font face à plusieurs problèmes… Nous devons améliorer la condition des habitants comme nous l’avons fait dans d’autres régions. Il faut donc un projet intégré qui tiendrait en ligne de compte l’intérêt des enfants, la création d’une crèche, la mise en place d’un programme placement et formation, qui encouragerait les femmes à travailler et qui lutterait contre les fléaux tels l’alcoolisme et la drogue. »
Le projet de logements sociaux à Karo Kalyptis est accueilli favorablement par les habitants. « Dan nou lendroi ena boukou problem la drog. Nou gagn boukou kritik. Me pa tou fami ki pa bon isi. Ena enn kozer dir ou ki kan enn poisson gate dan la mer tou gate. Parfwa nou fami mem pa oule vinn gett nou dan nou lendroi. Kan nou zenfan al dan enn lecole zot gagn enn movais repitasyon. Kan nou gagn enn bon travay nou pa kapav travay, mett nou deor. Ena boukou ka koumsa », explique Gurtie Clifford, une habitante. Et d’ajouter : « La mo trouver minister pe fer enn bon kikchoz pou nou. Me nou osi antan ki abitan nou bizin ede pou li kontinye gagn enn gout pou ede nou. Mo ti kontan ki nou lendrwa vinn korek. »
Le projet d’envergure à Karo Kalyptis sera doté d’un accompagnement social. Les bénéficiaires des unités de logement proposées devront toutefois respecter à la lettre le contrat social qui les lie à la NEF. Ce document fait état de certaines conditions, dont les opportunités d’embauche, la scolarisation des enfants, le respect du voisinage et la préservation de l’environnement. En cas d’infraction aux clauses du contrat social, comme cela a été le cas pour certaines familles de La Valette, le bénéficiaire pourrait ne plus avoir droit aux programmes d’aide de la NEF.