Le président de l’AMB, Sharma Nundah, dit ne pouvoir rien faire si ce n’est d’attendre les résultats auprès de la fédération internationale

Selon nos informations, une contre-expertise intervient toujours dans un délai de deux semaines suivant l’expédition de l’échantillon

Décidément, tout semble indiquer que nous sommes encore très loin du dénouement dans l’affaire de dopage dans laquelle est impliquée la badiste Kate Foo Kune. Testée positive à un produit interdit à l’échantillon A depuis juin dernier, la contre-expertise (échantillon B) se fait toujours attendre, un peu plus de trois mois après ! Contacté vendredi, le président de l’Association mauricienne de Badminton (AMB), Sharma Nundah, dit ne pouvoir rien faire si ce n’est d’attendre des résultats de la Fédération internationale de Badmiton.

Que se passe-t-il réellement dans cette affaire de dopage impliquant la meilleure badiste de l’île et également l’une des meilleures du continent ? Nul n’est vraiment en mesure d’apporter un réel élément de réponse à cette affaire et encore moins le président de l’AMB ! Ce qui est sûr, c’est que cette affaire perdure trop, laissant ainsi place à de nombreuses interrogations. Nombreux sont ceux qui ne comprennent toujours pas pourquoi et comment les résultats de l’échantillon B tardent autant. Dans d’autres cas pourtant, l’affaire avait été fixée après deux semaines seulement. Pourquoi pas dans le cas de Kate Foo Kune ? Pour combien de temps encore devrons-nous patienter avant de savoir enfin ce qui s’est réellement passé ? Ce qui est sûr, c’est que le long silence de l’AMB n’a fait qu’amplifier les doutes, d’autant que l’affaire avait été gardée secrète avant qu’elle n’éclate au grand jour.

Interrogé vendredi, Sharma Nundah n’a pas été en mesure d’enlever un coin de voile sur cette affaire. « La joueuse a fait appel en sollicitant une contre-expertise (échantillon B). Nous nous devons de respecter le protocole. Il y a toujours la présomption d’innocence tant que ça n’a pas été prouvé », déclare-t-il. L’AMB n’a-t-elle pas entrepris des démarches pour y remédier ? « Nous ne pouvons rien faire pour le moment. Nous devons attendre que la fédération internationale nous fasse parvenir les résultats », avoue l’homme fort de la fédération.

Affaire réglée en Cour ?

Le plus inquiétant, c’est que la déclaration du président, tout comme l’issue de cette affaire, n’a pas vraiment changé en trois mois ! Les résultats de l’échantillon B ne sont toujours pas disponibles, alors que dans d’autres disciplines, à l’image de l’haltérophilie en particulier, les faits s’avèrent très différents. La contre-expertise réclamée dans des cas particulier, affirme-t-on, est tombé une semaine, voire deux seulement, après la demande officielle.

Ainsi, dans combien de temps encore les résultats de l’échantillon B seront-t-ils enfin disponibles ? « Cette affaire sera réglée en Cour », précise tout simplement Sharma Nundah. Selon lui, Kate Foo Kune a aussi retenu les services d’un homme de loi pour contester sa positivité et il va falloir attendre. « Contestation en Cour ou pas, cela n’a rien à voir avec les résultats des tests demandés. Les résultats de la contre-expertise doivent être connus deux semaines après l’envoi de l’échantillon B», précise-t-on dans les milieux concernés.

Il ne reste donc plus qu’à espérer que cette affaire sera très vite tirée au clair. Soit les résultats de l’échantillon B confirment le premier, soit ils le contredisent, mais pas les deux à la fois. L’AMB doit assumer pleinement ses responsabilités, elle qui, rappelons-le, avait permis à la joueuse de disputer les Internationaux de Maurice en juin dernier, alors que Kate Foo Kune avait déjà été testée positive à un produit prohibé.