Il y a un bon moyen de faire d’une pierre deux coups… La pêche en kayak. C’est un loisir encore peu connu, mais de plus en plus pratiqué. Le week-end dernier, le groupe Mautiyak a organisé la toute première compétition de pêche en kayak. Nous étions sur les lieux dimanche dernier, à Balaclava. La veille, les kayakistes se sont donné rendez-vous sur la plage publique de La Preneuse.
Nous partons aux petites heures du matin dimanche. Le rendez-vous est pour un peu avant 6 heures. Il fait encore nuit quand nous arrivons à Balaclava, sur la plage de l’hôtel de la Plantation. Les kayakistes s’y trouvent déjà, se hâtant aux derniers réglages avant le départ prévu pour 6 heures. Une vingtaine de kayaks équipés de quelques porte-cannes et d’autres petits accessoires pour faciliter la pêche sont prêts au mouillage. Les participants sont plus qu’impatients. Il faut quand même attendre l’arrivée du juge de la compétition et attendre le briefing avant de prendre le large.
L’organisateur, Steeve Chan Chu, rappelle les règles : le port du gilet est obligatoire et le non-respect des règles de sécurité entraînera automatiquement la disqualification du participant. Il faut aussi s’assurer d’être de retour sur la plage à 11 heures. « Si vous avez une prise à 10h30, vous appelez pour nous en informer. Si vous n’appelez pas, vous serez disqualifié. On ne peut pas pêcher en dehors des zones déclarées comme réserves de poissons par les Fisheries… » Steeve Chan Chu tient aussi à apporter une précision: « En respect des lois, nous ne qualifierons pas cette activité de compétition, mais de ‘catch reporting’. Les Fisheries ne reconnaissent pas la pêche en kayak comme une méthode de pêche et elle ne figure pas dans le Fisheries Act. »
Steeve Chan Chu, qui pratique cette activité depuis deux ans, n’est pas très confiant quant à la météo, il annonce des vents forts et suggère ainsi aux participants de ne pas trop s’éloigner. Après un rapide rappel des règles, le départ est donné à 6h15, avec un peu de retard dû à l’explication. Les compétiteurs partent sous les ordres de Steeve Chan Chu, avec une météo plutôt clémente finalement: « Messieurs, à vos gaulettes. Bonne chance à vous! »
Plaisir et liberté
En un clin d’oeil, les kayakistes disparaissent vers l’horizon. Ils pagayent, certains en solitaire et d’autres en tandem. « Nous voulions que cette activité soit accessible à tous, donc nous avons aussi accepté les tandems. Mais en règle générale, dans une compétition internationale de pêche en kayak, seuls les kayaks simples sont acceptés. Pour le week-end dernier, les prises de chaque pêcheur ont été rapportées séparément », explique l’organisateur.
Ce qui rend la pêche en kayak attrayante, c’est que c’est une activité qui allie le plaisir d’une vraie pratique sportive à un grand sentiment de liberté. La pêche en kayak apporte plusieurs atouts au pêcheur, notamment la possibilité d’approcher des spots de pêche inaccessibles en bateau. C’est une activité également très silencieuse. « Mais comme tous les sports, il faut être en bonne forme physique et techniquement bien préparé », indique Steeve Chan Chu. « Vous n’avez pas besoin d’être un gladiateur pour faire du kayak. Il faut juste avoir un minimum de remise en forme physique et la technique appropriée (pour ramer et pour pêcher). Cependant, tout pagayeur doit connaître sa propre capacité car il faut pouvoir aussi pagayer pour revenir sur terre. Donc, chacun va aussi loin que le permet sa capacité », explique Steeve Chan Chu. Les mots d’ordre selon lui pour le kayak-fishing: patience, persévérance et se croire capable d’attraper les grands poissons.
Mais pour pêcher en kayak, il ne faut pas oublier certaines règles. Ne jamais négliger la sécurité qui doit être le premier souci en kayak. Une fois les précautions prises (gilet de sauvetage et équipement de sécurité, météo, vent et état de la mer, horaires des marées et courants), et s’être entraîné plusieurs fois à dessaler et remonter sur le kayak, le reste ne peut être qu’une sortie réussie avec du sport, du plaisir, la beauté de la côte. Il faut aussi respecter la mer et ses poissons : avec le kayak, on peut avoir une vraie pratique écolo sans rien laisser derrière soi, et si vous gardez le poisson, respectez la maille règlementaire pour ne pas abîmer les ressources naturelles.