L’attentat terroriste au Westgate Mall, l’un des complexes commerciaux les plus fréquentés et huppés de Nairobi (Kenya), qui a fait depuis samedi jusqu’à ce matin au moins 69 morts et 170 blessés – et revendiqué par le groupe terroriste Al-Shabaab, est suivi de près par les autorités mauriciennes. A la mi-journée, le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval, qui assure la suppléance aux Affaires étrangères, a indiqué qu’aucun Mauricien ne figure sur la liste des victimes dressées par les autorités du Kenya. Mais la situation, qui s’est développée à Nairobi depuis samedi, est aussi suivie de près car les revendications du groupe terroriste Al-Shabaab sont étroitement liées aux problèmes politiques de la Somalie. La présence à la Prison centrale de Beau-Bassin de pirates somaliens, en attente de procès devant le tribunal spécial, pousse les autorités à redoubler de vigilance dans la conjoncture actuelle.
« Les informations qui nous sont parvenues de Nairobi depuis le week-end indique qu’aucun Mauricien n’a été recensé sur la liste des victimes rendue publique par les autorités kenyanes. Toutefois, par le truchement du ministère des Affaires étrangères, nous avons sollicité un rapport du consul de Maurice à Nairobi sur la situation. Nous devrions être en présence de ces premiers éléments dans les meilleurs délais et nous aviserons subséquemment », a déclaré à la mi-journée le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères par intérim.
Sur le chapitre de la sécurité et de la lutte antiterroriste, les autorités mauriciennes confirment que, depuis le week-end, des échanges d’informations ont eu lieu avec les différentes autorités spécialisées au niveau de la région en vue de renforcer le contrôle et le partage des mouvements suspects. « Nous suivons de très près l’évolution de la situation et aucun détail n’est laissé au hasard. A ce stade, il n’y a aucune indication susceptible d’intéresser Maurice outre mesure avec cette résurgence du terrorisme dans cette région. Mais bien avant l’arrivée des pirates somaliens sur le sol mauricien pour des procès, les autorités locales étaient conscientes du potentiel visant à transformer Maurice en un pays à risque sur le plan des cibles terroristes. Des mesures ont déjà été élaborées », indiquent des sources autorisées à l’hôtel du gouvernement, préférant ne pas s’aventurer davantage sur ce terrain pour des raisons de sécurité.
Dans la discrétion la plus totale, la surveillance des pirates somaliens à la prison de Beau-Bassin a été Stepped Up. En ce début de semaine, des indications montrent qu’aucun signe anormal n’a été décelé parmi ces détenus, qui avaient manifesté contre la qualité de la nourriture il y a quelque temps. Des recoupements d’informations effectués depuis hier par Le Mauricien indiquent qu’un Mauricien a vécu de très près le déroulement de cette attaque terroriste contre le Westgate Mall de Nairobi dans la journée de samedi. Notre compatriote Raj Doolun, Chief Executive Officer de Courts Victoria, à Nairobi, et un des Executive vice-Presidents du groupe BAI, est en effet affecté dans la capitale kenyane.
Dans la journée de samedi, de par son programme de travail, Raj Doolun devait ainsi se rendre au Westgate Mall, où se déroulait une opération commerciale pour le compte de Courts Victoria, la filiale de Courts Mauritius. Mais du fait de la fusillade, qui débutait, il a été averti à temps par des employés kenyans de la compagnie. La nouvelle de l’attentat terroriste de Nairobi devait susciter de vives inquiétudes au sein du conglomérat BAI à Maurice mais très vite, le CEO de Courts Victoria devait rassurer les responsables du groupe aussi bien que des membres de sa famille à Maurice, que l’intéressé était en sécurité et sain et sauf.
« Ce samedi, avec le déroulement d’une série d’activités au Westgate Mall, dont la très populaire compétition de Masterchef, nous avions prévu une opération. Des employés de Courts Victoria avaient pour mission de procéder à une distribution de Flyers. Il y avait déjà trois employés sur place à cet effet. Je devais m’y rendre à la mi-journée samedi », a fait comprendre le principal concerné lors d’une conversation téléphonique avec Javed Bholah, un des responsables des communications du groupe.
« C’est une expérience des plus traumatisantes. J’étais sur le point de me rendre au Westgate Mall samedi. Un des employés kenyans se trouvant sur place m’a téléphoné de toute urgence pour me dire qu’il y avait une attaque avec des armes à feu. La panique était dans l’air. Il y avait beaucoup de vacarme. Je n’avais rien compris de cet appel », poursuit le Raj Doolun.
« J’ai téléphoné de nouveau à mes employés, et c’est là que j’ai compris l’ampleur de l’attentat terroriste. J’ai entendu des rafales de mitraillettes au téléphone et des cris. C’était vraiment effarant », ne cesse de raconter le CEO de Courts Victoria à ceux qui l’appellent de Maurice depuis ces dernières 24 heures.
Deux des trois employés de Courts Victoria ont pu se frayer un passage pour quitter en catastrophe le Westgate Mall alors que le troisième avait pu trouver refuge dans une boulangerie. Il a pu quitter les lieux presque quatre heures plus tard. « Je ne pouvais pas l’appeler au téléphone pour des raisons de sécurité, mais j’ai maintenu le contact avec lui par le truchement de SMS. C’est un véritable drame pour le Kenya et la journée de dimanche a été extrêmement éprouvante. Mais je suis sain et sauf », ajoute-t-il en attendant le dénouement complet de ce dramatique attentat.
Raj Doolun se dit également impressionné par l’élan de solidarité des habitants de Nairobi dans ces moments difficiles, avec des dons de sang en vue de nombreuses interventions chirurgicales, vu le nombre de blessés, alors que la capitale kenyane est quadrillée par des militaires.