En prévision de la pièce Les fourberies de Scapin, Scope rencontre un des metteurs en scène de Théâtralis. Kevin Bissonauth évoque ses débuts sur les planches et sa première fois dans la production. Il est aujourd’hui prof de théâtre.
Ses interventions aux collèges Lorette de Rose-Hill et de Saint-Pierre n’ont pas pour but de former des comédiennes, mais que ces filles soient épanouies et communiquent aisément grâce aux techniques du théâtre. Kevin Bissonauth officie également au Lycée La Bourdonnais dans le but de produire des comédiens qui aspirent à se professionnaliser auprès d’une école de théâtre à l’étranger. Pratiquement vingt ans que cet homme de 33 ans côtoie la scène : comme comédien d’abord, puis formateur auprès des enfants. Il est depuis dix ans metteur en scène de Théâtralis, avec son épouse, Corinne de Baize.
L’histoire de Kevin Bissonauth avec le théâtre débute à l’adolescence. Il est étudiant en Form III au collège Régis Chaperon et répond à une annonce de l’Atelier Pierre Poivre, qui recrutait pour un événement dans le cadre des célébrations du 12 mars. Il tente sa chance sans aucune formation et sans une quelconque prédestination pour la chose théâtrale. Le jeune Kevin tombe dans un autre monde sans trop savoir comment, et y prend goût jusqu’à passer dix ans au sein de cette troupe. Une expérience qui lui a permis de découvrir ce qu’est le théâtre… outre de faire craquer les planches et de savoir placer sa voix. Il tracera aussi sa voie pour répondre à un besoin d’évoluer.
C’est aussi au théâtre que Kevin Bissonauth rencontre l’amour. Et pas dans n’importe quelle pièce ! Il est en 1998, Roméo, et Corinne de Baize, aujourd’hui son épouse, n’est autre que Juliette. “Corinne ne faisait pas partie de la troupe, elle est venue pour essayer le rôle”, et le jeune formateur à l’Atelier Pierre Poivre et la jolie prof de français ont poursuivi, en ville, le jeu amoureux commencé sur scène. Corinne de Baize soutiendra son partenaire dans sa transition vers quelque chose de nouveau. Arrive en 2000 l’idée de construire ensemble leur passion commune pour le théâtre. Forts de leurs expériences précédentes, ils montent la troupe Théâtralis et lancent une première production en 2001.
C’est avec Topaze que le couple fait ses premiers pas dans la mise en scène et la production. “Il fallait qu’on trouve de l’argent. Et on a fait un truc fou. On a placé toutes les économies de Corinne dans cette pièce. Bien sûr, avec toute la frayeur que ça implique car personne ne nous connaissait.” La pièce obtient une bonne réceptivité auprès du public estudiantin et un bon retour sur investissement misé pour la production. Les oeuvres théâtrales au programme de littérature française sont dès lors un créneau exploité par les deux metteurs en scène. Tous deux sont dans l’enseignement, ce qui amène notre interlocuteur à observer un avantage pédagogique certain pour les étudiants.
Ce créneau est aussi l’assurance d’avoir un public aux représentations. Ils sont nombreux à avoir, dans le passé, demandé au metteur en scène pourquoi il n’envisageait pas des productions beaucoup plus contemporaines que les classiques de Molière ou de Pagnol ? La réplique n’a pas tardé. “Je veux bien le faire, mais est-ce que ce public très conservateur est prêt à suivre ?” Ce à quoi s’ajoute la réintroduction de certaines taxes. Pas toujours facile de joindre les deux bouts : “C’est un combat où, si on n’est pas passionné, on jette l’éponge”. Mais Kevin Bissonauth se veut philosophe en disant que les productions adressées aux étudiants servent aussi à créer une école de spectateurs. “Ils ne vont pas forcément revenir nous voir, mais prendront goût au théâtre.”
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Billetterie
Théâtralis présente Les Fourberies de Scapin au MGI du 28 mars au 3 avril. Cette pièce de Molière est au programme de la Form IV et de la Form V. Les représentations en matinée destinées aux étudiants et au public en général sont à Rs 100, et à Rs 200 en soirée. Les recettes recueillies iront à une association, MSF (Morisyen San Frontyer Charitable Trust) qui procède à des contrôles médicaux sur des enfants dans les poches de pauvreté de l’île. Informations et réservations au 796-5497 ou au 777-0189.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Résumé
En l’absence de leurs parents respectifs, Octave s’est marié en secret avec Hyacinte, jeune fille pauvre au passé mystérieux, et Léandre est tombé amoureux d’une Égyptienne, Zerbinette. Mais voici que les pères, Argante et Géronte, rentrent de voyage avec des projets de mariage pour leurs enfants. Les fils ne savent plus à qui se confier pour résoudre leurs problèmes.
Scapin, le valet de Léandre, s’engage à tout arranger par ses mensonges et ses manigances (ses fourberies). Il imagine de soutirer aux deux pères l’argent nécessaire pour faire triompher l’amour et la jeunesse. Mais qui sont en réalité Hyacinte et Zerbinette ?
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Distribution
Scapin : Julien Dijoux
Argante : Yannick Guérin
Géronte : Christian Sauzier
Sylvestre : Alexandre Martin
Octave : Kevin Bissonauth
Léandre : Jérémie Avice
Hyacinte : Corinne de Baize
Zerbinette : Sandrine Fabre
Nérine : Valérie Gourel de St Pern
Carle : Kiran Dussaram