Déjà deux semaines depuis que Week-End a fait état des frasques de l’Américano-Zimbabwéen Kevin Blaze. Mais la polémique autour de ce sulfureux personnage ne cesse d’enfler. La branche d’Interpol de Maurice, située aux Casernes centrales, continue de rassembler le maximum d’informations sur cet « homme d’affaires » de 32 ans, qui croupit actuellement en prison face à deux accusations de « Electronic Fraud » qui pèsent contre lui (ndlr : voir les deux précédentes éditions de Week-End). Les réponses de différentes branches d’Interpol, notamment celles de Harare au Zimbabwe et de Gaborone au Botswana ne se sont pas fait attendre. Ces messages confirment les frasques de Kevin Blaze, alias Taurai Gasva, sur ces territoires respectifs. Qui plus est, Blaze est persona non grata au Botswana. Week-End, qui a poursuivi son enquête durant la semaine, a aussi retrouvé maintes frasques de Blaze étalées dans la presse de ces pays respectifs. De toute évidence, il est un prisonnier très encombrant…
Le 4 octobre dernier, la branche d’Interpol de Gaborone envoyait la correspondance suivante à celle de Maurice : « Please be informed that the abovenamed subject was arrested in Botswana for unlawful possession of devices and data. This was after he was found in possession of skimming devices and false credit cards. The subject who is a Zimbabwean national was later declared a prohibited immigrant by our authority. » La branche d’Interpol de Harare donne aussi des détails relatifs à la nature des délits reprochés à Blaze sur leur sol en ces termes : « Be advised that the above mentioned subject has been checked in our national records office and records reveal that he is a Zimbabwean. Furthermore the accused was facing a charge of domestic violence and baby dumping which occurred in Zimbabwe. However we are still verifyng with the investigation station to establish the current position of this case. We will advise you of our findings in the near future. »
Selon nos indications quant à la teneur de ces deux messages, en mars 2008 déjà, Interpol Harare avait expédié un message urgent à leur collègues de Gaborone. Sujet de ce message : Kevin Blaze, alias Taurai Gasva. Ce dernier était déjà recherché dans son pays d’origine sous trois charges criminelles : pour avoir violé les sections 4 et 3 (1) (a) du Domestic Violence Act du Zimbabwe, d’avoir enfreint la section 7 (1) (a) du Children’s Protection and Adoption Act relativement au baby dumping et la section 186 du Criminal law relativement à des menaces de mort. Mais la trace de Blaze ne s’arrête pas là. Bien au contraire, le 12 juin 2006, Kingsley Sithole, un diplomate de carrière d’Afrique du Sud, qui était en poste à Harare pendant quelques temps, était froidement abattu devant sa maison de Midrand, près de Johannesbourg. Un des suspects dans ce meurtre n’était autre que… Kevin Blaze, qui était alors fiancé à Chantal Sithole, la fille du diplomate. Le couple a deux enfants.