Le tableau de chasse des tireurs mauriciens sur l’échiquier international est certes flatteur. Il ne manque toutefois qu’un fleuron pour que la partition soit parfaite. Ce titre mondial chez les seniors leur ayant toujours échappé jusqu’ici, Fabrice Bauluck, Facson Perrine, James Agathe et Mervin Babajee sont disposés à aller le chercher au cours des championnats du monde de kick-boxing qui débuteront samedi.
La ville de Skopje en Macédoine sera-t-elle le théâtre de nouveaux exploits des représentants quadricolores ? Eux qui quitteront le pays demain en compagnie de l’entraîneur national, Judex Jeannot, et l’entraîneur du comité régional de Rodrigues, Jean-Claude Spéville. Tout au long de cette saison, Facson Perrine et James Agathe en particulier ont été à la hauteur des espoirs placés en eux. Le premier nommé a fait feu de tout bois, tout en réalisant quelques succès avant la limite lors des championnats d’Afrique à Madagascar, du gala Maurice/Afrique du Sud, de la Coupe du Monde en Hongrie et tout récemment lors du tournoi de la zone 4 à Madagascar.
Meilleur tireur aux championnats d’Afrique et au tournoi de la zone 4, Facson Perrine, qui sera en action chez les -63,5 kg, est devenu un exemple de pugnacité et de courage. Peut-on passer sous silence sa volonté à toute épreuve lors de la finale de la Coupe du Monde où il a pu passer la rampe malgré une fracture au poignet ? Le jeune Rodriguais de 18 ans en sera certes à son baptême du feu chez les seniors dans une compétition mondiale, mais il possède le talent et le potentiel voulus pour réaliser avec brio son entrée dans la cour des grands.
Judex Jeannot croit dans les chances de celui qu’il a pris sous sa coupe depuis quelques mois déjà. « Des trois tireurs actuellement à Maurice, Facson se trouve être le plus en forme dans tous les domaines. Il a connu une progression régulière et se trouve actuellement au point à 100%. Très fort psychologiquement, il possède également une belle rage de vaincre. » Et d’ajouter avec une confiance accrue : « Celui qui voudra battre Facson devra être très, très fort. »
James Agathe en sera de son côté à ses deuxièmes championnats du monde. Il s’était retrouvé sous les feux de la rampe deux ans de cela en décrochant la médaille de bronze dans la catégorie -81 kg. Depuis, le sportif de l’année 2010 n’a cessé de s’affirmer et sa consécration aux championnats d’Afrique et à la Coupe du Monde cette saison démontre qu’il faudra de nouveau compter avec lui. Et ce, même s’il se trouve quelque peu en retard sur son programme d’entraînement en raison de ses obligations professionnelles et de problème de santé.
Revanche sur le sort
Quoi qu’il en soit, Judex Jeannot estime que son poulain pourra réaliser un meilleur parcours qu’en 2009. « James reste James. Avec un moral de fer et la foi dans ses capacités. Étant donné qu’il côtoie régulièrement le haut niveau, il n’a cessé de gagner en expérience. » Son voeu le plus cher : que James Agathe puisse atteindre la finale.
Quant à Fabrice Bauluck, médaillé d’argent lors de la dernière édition, il tentera de prendre sa revanche sur le sort. Lui qui n’avait pu participer à la Coupe du Monde en raison d’un problème à l’oeil droit. Double champion du monde chez les juniors au cours de la dernière décennie, le jeune Mahébourgeois s’est toujours montré performant lors de ses différentes sorties internationales. « C’est le plus expérimenté du groupe », avance d’ailleurs Judex Jeannot.
L’entraîneur national souhaite donc qu’il ait retrouvé la plénitude de ses moyens. « Il peut faire valoir ses qualités naturelles, mais vu son potentiel, cela ne m’étonnerait pas s’il se retrouvait en finale. D’autant qu’il sait gagner. Il s’agira dans un premier temps qu’il entame la compétition dans de bonnes dispositions avant de viser plus haut. »
De son côté, Mervin Babajee, établi en France depuis quelques années, rejoindra ses coéquipiers directement en Macédoine. Il en sera également à sa deuxième participation aux Mondiaux, après une élimination prématurée au Maroc en 2003. Depuis, il a conquis la ceinture intercontinentale face au Réunionnais Lallemand et a disputé quelques combats chez les pros en France. « Mervyn a été placé entre de bonnes mains et j’espère qu’il sera fin prêt pour cette compétition mondiale », avance Judex Jeannot. Il est à noter que ce tireur évoluera en K1, contrairement aux trois autres qui seront en action en low-kick.
Même si la confiance est de mise dans le camp mauricien, il n’en demeure pas moins que la concurrence s’annonce redoutable. Les Russes et les tireurs des pays de l’Est possèdent un potentiel indéniable. Ils aborderont la compétition en position de force, prêts à tout écraser sur leur passage. Il faudra donc que les Mauriciens soient au sommet de leur art pour contrecarrer les ambitions adverses. Ils nous ont tellement fait rêver jusqu’ici qu’on ne peut que leur faire de nouveau confiance…