Y a-t-il un problème à la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) en ce qui concerne l’achat des équipements destinés aux clubs ? Si une poignée de voix discordantes affirment qu’il y a conflit d’intérêts dans la mesure où c’est la compagnie de l’épouse du président Jérémie Rousseau qui fournit ces équipements à la fédération, en revanche, Jérémie Rousseau n’est lui pas de cet avis. Car selon lui, il n’existe aucun magasin, à Maurice, spécialisé dans les produits de bonne qualité destinés à la pratique du kick-boxing, à Maurice.
Dans une déclaration à Week-End, Jérémie Rousseau a expliqué que son épouse, qui est également championne de Maurice de full contact, gère une petite entreprise d’équipements spécialisés pour la pratique du kick-boxing. « Lors d’un voyage en Thaïlande, mon épouse a vu des équipements spécialisés et elle en a acheté. Étant elle-même  pratiquante et ayant une bonne connaissance dans ce domaine, elle s’est rendu compte que ces équipements, qui sont également de bonne qualité, n’existaient pas à Maurice « , a expliqué Jérémie Rousseau.
A partir de là, a-t-il ajouté, son épouse a lancé sa petite entreprise et lorsqu’il y a des demandes, elle commande les équipements voulus. « Personnellement, j’estime qu’elle a fait quelque chose de bien et ce, dans l’intérêt des jeunes et pour la discipline en général, en leur proposant des équipements de qualité. Car il ne faut pas oublier qu’à Maurice, on trouve des équipements pour la pratique de la boxe en général. Il n’y a pas de magasin spécialisé dans des équipements de sport pied-poing. En revanche, on  trouve ce type de magasin à l’île de La Réunion »,  a indiqué notre interlocuteur.
De là à parler de conflits d’intérêts, Jérémie Rousseau rejette en bloc ces allégations. « Il n’y a pas de conflits d’intérêts. Car valeur du jour, les produits spécialisés ne sont pas disponibles à Maurice. Mon épouse propose ses équipements et ceux qui veulent acheter les achètent. Il n’y a aucun monopole. S’il y a une autre personne, pratiquante ou pas, qui peut faire venir des produits spécialisés et surtout de bonne qualité, alors pourquoi ne pas le faire, »a-t-il souligné.
D’autre part, Jérémie Rousseau a souligné que le fait d’être également président de fédération ne pose pas problème. Il a indiqué que son rôle au sein de la fédération est de travailler pour le développement et le bien-être des tireurs. « Mon rôle est aussi de trouver des sponsors pour les différents projets de la fédération. Je leur dis aussi quels sont les équipements appropriés pour la pratique du kick. La question que l’on doit se poser c’est de savoir s’il y en a vraiment de produits spécialisés et surtout de bonne qualité ? Malheureusement, il n’y en a pas. Si on parvient aussi à trouver ces produits, à Maurice, ils ne sont pas à la portée de tout le monde. J’estime donc qu’elle fait un travail dont les athlètes sont les premiers à bénéficier », a affirmé Jérémie Rousseau.
Ce dernier s’est dit cependant déçu de tout le bruit qu’il y a autour de l’achat des équipements. « Si des personnes avaient des choses à dire, ils auraient dû le dire au président. Car à mon niveau, je n’ai rien à me reprocher. Il faut du reste l’admettre que depuis que je suis arrivé à la tête de la fédération, nous avons trouvé des partenaires importants. Nous venons, du reste, de déposer un bilan positif pour la saison écoulée. Tout le monde reconnaît qu’il y a eu un gros travail de fait. Je trouve donc dommage que certains viennent aujourd’hui parler de conflits d’intérêts », a-t-il fait ressortir.